Alternance et stages: travailler au niveau des bassins de vie !

La Fondation pour l’Enseignement planche sur un projet-pilote valorisant le rôle essentiel des enseignants et agents CPMS dans l’information sur les métiers et la mise en relation des acteurs de l’enseignement qualifiant et de la formation en alternance, en prolongement de ses recommandations visant à renforcer l’excellence dans chaque filière qualifiante. Une approche complémentaire aux initiatives prises par ailleurs pour valoriser l’alternance et développer l’orientation positive au niveau des bassins de vie Enseignement-Formation-Emploi (EFE).

« Le décret sur les stages prévoit des interactions sous différentes formes selon les degrés", explique Olivier Remels, secrétaire général de la Fondation pour l’Enseignement. "Par ailleurs, on veut valoriser la formation en alternance (dont les conditions ont récemment été revues), ce qui va aussi dynamiser l’offre et la demande de places en entreprises. Cela va exiger un engagement fort de plusieurs acteurs à différents niveaux. Les instances bassins Enseignement-Formation-Emploi, récemment mises en oeuvre, sont le réceptacle idéal pour organiser cette rencontre en tenant compte des spécificités locales. Elles vont permettre, pour chaque sous-région, de « photographier » la situation, c’est-à-dire d’identifier l’offre et la demande locales et donc de bien communiquer entre tous les acteurs. En travaillant en priorité sur les métiers en demande, on amorcera des logiques de partenariats qui pourront se développer ensuite …»

L’enjeu, c’est précisément de ne pas se contenter de cette photographie, aussi nette et précise soit-elle. Il faudra en effet faire en sorte que les interactions entre les différents acteurs des bassins fonctionnent de manière optimale pour que l’objectif final soit atteint. C’est-à-dire: la rencontre entre l’élève en recherche de vocation et/ou de stage (et plus tard d’un premier emploi) et l’entreprise soucieuse de trouver dans son hinterland des ouvriers et des employés bien formés et motivés, et de contribuer à leur formation.

La Fondation visera à établir ou à améliorer les mécanismes qui permettront à cette rencontre d’avoir lieu, en encadrant au mieux les relations entre élèves et entreprises. Dans ce contexte, enseignants et agents CPMS joueront un rôle primordial. Le projet devra donc aussi veiller à mettre les acteurs en situation de gérer cette interaction, entre autres en disposant des outils de formation continue nécessaires. L’initiative de la Fondation est complémentaire aux initatives prises, notamment dans le cadre des Cités de Métiers et pour une meilleure identification des entreprises actives dans l’alternance. Elle sera mise en œuvre dans le cadre d'un projet pilote dans un bassin de vie EFE.

La mise en oeuvre des instances de bassins Enseignement-Formation-Emploi

Les IB-EFE ont été mises en oeuvre en janvier 2015 par le gouvernement interfrancophone (Région wallonne, Commission communautaire française et Fédération Wallonie-Bruxelles). Elles sont 10 à se répartir l’espace francophone, 9 en Région wallonne et 1 à Bruxelles-Capitale. L’objectif: améliorer l’adéquation entre l’enseignement qualifiant et les entreprises, et cela au sein d’un même bassin de vie. Leur rôle est d’orienter les projets de formation et d’enseignement en définissant les « thématiques communes » du bassin. Les IB-EFE sont composées de représentants de l’enseignement qualifiant ordinaire (4), de la promotion sociale (2), de l’administration de l’enseignement (2), de la formation professionnelle (8) et des partenaires sociaux (8). Elles sont composées d’une chambre Formation et d’une chambre Enseignement.

Le décret sur les stages

Un décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles organise la généralisation progressive des stages pour tous les élèves de l’enseignement qualifiant de plein exercice. Il définit trois types de stage: le stage d’observation et d’initiation (avec un objectif d’orientation), le stage de pratique accompagnée (avec un objectif d’apprentissage) et le stage de pratique professionnelle (avec un objectif de professionnalisation). Le gouvernement a établi une liste des options du 3e degré avec stages obligatoires, avec une priorité sur les élèves de 7e année et sur les métiers en pénurie. Cette liste sera progressivement étendue. Dans l’intervalle, le chef d’établissement peut imposer des stages dans les autres options…

Le contrat unique

Le contrat commun d’alternance, ainsi que le plan de formation, sont les éléments-clefs de la récente réforme de l’alternance, qui vise à simplifier et à améliorer les différentes formules qui coexistaient jusqu’à présent, cela sous la coordination de l’Office francophone de la formation en alternance (OFFA). Depuis la rentrée de septembre, les apprenants (15 -25 ans) des Centres d’éducation et de formation en alternance de l’enseignement (CEFA) et des Centres de formation en alternance des classes moyennes (Ifapme et Sfpme) concluent avec l’entreprise accueillante un contrat d’alternance pour la durée de leur formation pratique. Ce contrat unique établit les mêmes obligations et les mêmes droits en matière de rémunérations, de vacances annuelles et d’encadrement (pour les tuteurs dans les entreprises). Il est accompagné d’un plan de formation (unique également) accessible à tous les intervenants de la formation, qui détaille le parcours individuel de l’apprenant.

En phase avec les recommandations de la Fondation

Cette évolution répond largement à la demande formulée par les partenaires de la Fondation pour l’Enseignement le 19 juin dernier, lors de la présentation du Rapport « Ecoles-entreprises : faire de l’enseignement qualifiant une voie d’excellence ». Parmi les points de vigilance développés dans ce rapport, la Fondation insistait sur la nécessité de mobiliser tous les acteurs écoles-entreprises pour créer la rencontre entre l’offre et la demande de stages/places en alternance, tant sur les plans quantitatif que qualitatif, en commençant par les métiers en demande. Elle soulignait aussi la nécessité impérieuse de revaloriser en amont la formation en alternance en l’associant là où cela est pertinent à des filières métiers d’excellence lors de la définition des profils de formation (dans certaines situations, à certaines étapes des parcours, et/ou pour certains métiers, l’alternance est la formule d’apprentissage la plus efficace pour mener l’élève vers l’excellence).

Consultez les recommandations de la Fondation en cliquant ici

« Les partenaires de la Fondation pour l’Enseignement ne peuvent donc que se réjouir de cette évolution en cours, et comptent mettre toutes leurs ressources en oeuvre pour que la Fondation joue son rôle de catalyseur en accompagnant cette réforme avec ses projets propres, » conclut Olivier Remels.