L’usinage au cœur des préoccupations du secteur de l’Industrie technologique

Depuis plusieurs années, le nombre d’étudiants sortants des filières en usinage est inférieur à celui de postes ouverts dans les entreprises. Afin de tenter d’infléchir la tendance, le secteur de l’Industrie technologique – par le biais de son fonds de formation l’IFPM Ouvriers – focalise ses efforts sur ce métier.

Epreuves sectorielles

Depuis plus de 20 ans, cette ASBL organise des épreuves sectorielles pour les filières menant aux métiers du secteur de l’Industrie technologique : soudage, usinage et maintenance industrielle. « Le concept a évolué ces dernières années mais la philosophie est toujours restée la même, explique Brigitte Remacle, Coordinatrice du fonds sectoriel IFPM Ouvriers : permettre aux élèves des années terminales de se situer professionnellement en se mesurant à une épreuve calquée sur les attentes concrètes des entreprises et plus sur des critères purement scolaires. »

Surtout, dites bien « épreuve » et pas « concours »… Une nuance sur laquelle on est très sensible à l’IFPM Ouvriers. Car les épreuves ne peuvent se passer que par classe entière. Pas question de n’y inscrire que les meilleurs élèves. « Le but est en effet de tirer l’ensemble des filières vers le haut, confirme Pierre Dumoulin, Manager du projet. Nous ne voulons laisser personne au bord de la route. Ceux qui obtiennent 60% et plus décrochent un brevet sectoriel, qu’ils pourront ajouter à leur CV et présenter lors des entretiens d’embauche : ces brevets sont réellement pris en compte par les entreprises du secteur. »

Quant à ceux qui ne réussissent pas l’épreuve sectorielle, ils reçoivent une attestation de participation… dont certains jeunes se prévalent également lors de leurs démarches de recherche d’emploi ! Bon an, mal an, les épreuves sectorielles attirent une moyenne de quelque 200 soudeurs et 200 maintenanciens issus d’une quarantaine d’écoles… En usinage, ils sont une trentaine à participer, venus de cinq à six écoles. Soit seulement 25% des établissements proposant la filière et 20% des élèves inscrits.

C’est pourquoi l’IFPM Ouvriers a décidé de mettre cette année un accent particulier sur la participation de ces futurs usineurs inscrits dans les 20 établissements proposant ces options en Wallonie et à Bruxelles. Objectif : insuffler un nouveau dynamisme dans ces filières plus que jamais porteuses d’emplois.

Les épreuves sectorielles sont certainement un outil très utile, complémentaire à l’enseignement qualifiant. C’est la perception qui prévaut chez un grand nombre d’acteurs, tant issus de l’enseignement que de l’entreprise. Un travail d’information reste nécessaire pour bien faire comprendre cette complémentarité’”, souligne Olivier Remels, Secrétaire général de la Fondation pour l’Enseignement.

Susciter et recompenser la créativité avec les Technios Awards

Dans le cadre de ses activités de promotion des métiers, l’IFPM Ouvriers organise chaque année le Technios Awards. Ce concours de dessins et œuvres créatives s’adresse aux élèves du premier degré de l’enseignement secondaire. « Par ce biais, nous souhaitons sensibiliser ces jeunes aux métiers techniques que la plupart du temps ils connaissent peu ou pas, précise Dominique Minne, Conseillère Projets & Partenariats de l’IFPM Ouvriers. Ils s’y intéressent ainsi de manière ludique. Dans certains cas, leurs enseignants les emmènent dans les ateliers, découvrir ce métier qu’ils devront représenter. Une belle manière d’en découvrir les réalités… et les attraits ! »

Et devinez quel est le thème de cette année scolaire ? « Dessine-moi un tourneur-fraiseur », bien sûr !

2016-2017 sera donc l’année de l’Usinage. C’est en tout cas le défi proposé par le secteur de l’Industrie technologique. Un défi qui apporte sa pierre à l’édifice de la valorisation des métiers techniques.