Plusieurs projets-pilotes en soutien aux pouvoirs organisateurs et directions d’écoles

Depuis l’été dernier, une réflexion a permis d’identifier plusieurs axes de réponses possibles aux demandes de support émanant de pouvoirs organisateurs (PO’s) de l’enseignement obligatoire. Ces réflexions et projets-pilotes prennent des formes qui varient suivant les réalités du terrain: guide pour la participation des acteurs de la vie socio-économique et culturelle aux conseils d’administration des écoles, animation du projet d’établissement ou encore aide à la définition des clauses techniques pour les cahiers des charges, sont autant de pistes explorées. Les enseignements bénéficieront à tous -à l’école mais aussi aux acteurs autour d’elle- et permettront des approches basées sur des objectifs concrets et mesurables.

Elargir la participation aux PO’s

De nombreux établissements tirent déjà très bien leur épingle du jeu, notamment grâce à une gouvernance et des pratiques managériales idoines, qui leur permettent d’organiser et de gérer au mieux la réalité complexte de l’école. La voie est donc traçée pour mieux comprendre les enseignements qui peuvent en être tirés au bénéfice de tous. A cette fin, une réunion de groupe et une enquête par courriel ont été réalisées en collaboration entre le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique (SeGEC) et la Fondation pour l’Enseignement. Celles-ci ont permis de mieux comprendre les facteurs de succès, et de donner quelques balises pour intégrer les compétences recherchées dans les conseils d’administration des écoles. Suite à cette analyse, la réflexion se poursuit pour examiner comment guider au mieux entreprises et écoles qui souhaitent se rencontrer et se renforcer.

Nourrir utilement le projet d’établissement

L’école n’est pas une île au milieu d’un océan. Bien au contraire, elle s’intègre dans un contexte géographique, économique et culturel. Elèves et enseignants vivent à l’école, mais pas seulement. Comment dès lors aider les directions d’écoles, les enseignants, les parents, les élèves et les acteurs socio-économiques et culturels gravitant autour de l’école à collaborer au mieux pour nourrir le projet d’établissement, dans le respect des prérogatives de chacun ? Cette question centrale fait l’objet d’une analyse et d’un projet très concret avec le Service Général de l’Enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un guide, dont le contenu de base a été défini par un panel de représentants des directions d’écoles, et enrichi ensuite par une rélexion commune avec la Fondation pour l’Enseignement, est en plein développement, avec le concours d’une école du réseau pour sa mise en forme[1]. Il sera testé sur le terrain, après y avoir intégré les réflexions d’un panel d’acteurs des entreprises, associatifs, politiques et culturels autour de l’école, …

Aider à définir les clauses techniques des cahiers des charges

L’école et/ou le réseau ne disposent forcément pas toujours de toutes les compétences pour la rédaction des clauses techniques des cahiers des charges, pour l’achat, l’entretien, les services connexes, et aussi en matière de prévention et de sécurité d’utilisation des produits et services achetés par l’école. Ainsi, l’économe d’une école, s’il est en charge de renouveler un parc informatique, de photocopieuses ou encore d’acheter du matériel roulant, n’est pas toujours au fait des standards techniques et de services les plus récents que l’on peut exiger. Dans cette optique, un projet mobilisant les compétences des entreprises fait pleinement sens, pour organiser un transfert de compétences ponctuel et bénévole vers l’école. De nombreuses entreprises disposent en effet d’une expertise et d’une expérience importantes en matière d’achat[2]. Ce projet-pilote est initié avec le Service Général de l’Enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La Fondation pour l’Enseignement soutient et participe aussi à d’autres projets visant à soutenir l’école, entre autres avec la Fondation Roi Baudouin ou encore le BECI (projet de volontariat).




[1] Athénée Royal Félicien Rops de Namur, section Infographie

[2] Les partenariats créés tiennent compte et évacuent tout risque de conflit d’intérêts, en évitant que l’entreprise ne puisse être d’aucune manière partie prenante de l’appel d’offre.