Renforcer la nouvelle gouvernance basée sur l’autonomie et la responsabilisation des acteurs :

Appliquer la feuille de route tracée par les acteurs de l’enseignement – continuité et cohérence – en travaillant au sein des équilibres atteints dans la réforme en cours, tout en permettant des améliorations chaque fois que possible/nécessaire. Pour la première fois, une réforme systémique, prenant en compte l’ensemble des éléments pesant sur l’équité et la qualité de l’école est portée par les acteurs. Il faut maintenir et concrétiser cette dynamique.

Déployer les formations / le coaching de tous les acteurs (pouvoirs organisateurs, conseillers pédagogiques, directions, enseignants, Délégués aux Contrats d’Objectifs/Directeurs de Zone) pour clarifier les propositions contenues dans la nouvelle gouvernance : veiller à l’appropriation du plan de pilotage par les acteurs dans chaque école, soutenir la gestion autonome des établissements, développer le leadership des directions d’école et les pratiques collaboratives via des programmes qualitatifs, généraliser la simplification administrative, développer des plans de formations continuée en phase avec les objectifs des plans de pilotage…

+ Cet accompagnement doit pouvoir s’appuyer sur une lettre de mission adaptée pour les directions d’établissements, et sur l’évaluation formative des enseignants et des directions par leurs pouvoirs organisateurs, telles que prévues dans le Pacte.

La FPE poursuit les travaux de son Groupe de travail « Soutien au Pilotage » et s’inscrit notamment au nouveau projet Erasmus+ : « la gestion par les missions », qui contribuera à nourrir les réflexions dans ce domaine.

Accentuer la démarche volontariste envers les écoles en écarts de performances (plus et plus vite). Cela permettrait de combler plus rapidement les retards en matière de performances objectivées par les évaluations externes comparatives (PISA).

Renforcer l’attractivité du métier de directeur (dont une plus forte tension barémique par rapport aux enseignants), faire évoluer les critères et méthodes de recrutement des directeurs et réduire leur charge administrative (e.a. via la numérisation).

La FPE suscite des échanges de compétences et d’expériences entre entreprises et directions d’écoles, le cas échéant avec le support d’associations partenaires.

Renforcer l’autonomie des pouvoirs organisateurs pour recruter, gérer et évaluer (principalement évaluation formative) leurs collaborateurs (directions et enseignants).

+ Donner la marge de manoeuvre nécessaire à l’équipe de gestion du futur réseau Wallonie Bruxelles Enseignement, dont l’autonomisation en septembre 2019 doit permettre de se
redéployer dans un nouveau cadre, en allouant de manière optimale ses moyens d’actions.

Donner un cadre stimulant à la philanthropie au bénéfice du monde scolaire (mécénat, déduction fiscale entreprises).

+ Veiller à dégager le temps nécessaire à la coordination au sein des établissements.


Les 6 recommandations de la Fondation pour L'Enseignement