Formation initiale des enseignants : soutenabilité et mise en phase des compétences :

Analyser et questionner en profondeur la faisabilité (payabilité, organisationnelle) de la réforme de la formation initiale, qui fait peser un risque sur l’équilibre financier de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les modalités et les conditions d’accès aux différents barèmes (futurs enseignants et enseignants en exercice) doivent s’inscrire dans un cadre budgétairement soutenable pour la FWB. Il faut instaurer un monitoring rapproché des conséquences globales et budgétaires de l’allongement de la formation initiale.

Un processus structuré, impliquant les responsables politiques, les acteurs de l’enseignement obligatoire et de l’enseignement supérieur, devrait proposer des solutions durables. Ce processus intégrerait les prévisions annuelles des dépenses et économies prévues dans le Pacte, les besoins de refinancement de l’enseignement supérieur, débouchant sur des adaptations en fonction de la trajectoire budgétaire.

Pas de Pacte d’Excellence pour les élèves sans un pacte pour la formation des enseignants.
Préciser les attendus pédagogiques de la formation initiale en lien étroit avec les savoirs et compétences (ex.: numérique, s’entreprendre, métiers, orienter, remédier) et les parcours des élèves (ex.: plein exercice, alternance), ainsi que la nouvelle gouvernance (ex. pilotage, collaboration).

+ Coupler davantage les responsabilités politiques de la formation initiale des enseignants et de l’enseignement obligatoire contribuerait à une approche plus cohérente.

En plus des mesures volontaristes prises (en 2019), anticiper davantage les pénuries de personnels enseignants qui s’accentueront suite à la réforme de la formation initiale (cohortes d’étudiants passant à 4 ou 5 ans). Face aux graves pénuries observées, ayant pour conséquence des élèves sans professeur pendant des périodes longues, assouplir fortement les titres requis et suffisants.

+ Poursuivre les mesures incitatives pour attirer, garder et faire revenir des talents dans l’enseignement (passerelles plus fluides, valorisation de l’ancienneté, reclassement de travailleurs avec formation idoine – cf. initiatives comme Teach for Belgium).

Privilégier les stages et autres interactions (notamment via un enseignement en partie en alternance) sur le terrain de l’école pendant la formation initiale des enseignants, en particulier la dernière année.


Les 6 recommandations de la Fondation pour L'Enseignement