Flux RSS

Un job pour changer le monde

Se laisser inspirer par des ambassadeurs et ambassadrices de leur métier

Dès la fin des secondaires et jusqu'à décrocher un premier job !

Les 18 & 21 mai 2022 | En ligne sous forme de STEMDATING

SALON DE RENCONTRES EN LIGNE AVEC DES PROFESSIONNELS DE LA CHIMIE, DU BIOPHARMA ET DES BIOTECHS

  • S’orienter vers une carrière qui changera le monde?
  • Chercher un métier porteur de sens ?
  • Savoir si un job dans la chimie, le biopharma ou les biotechs pourrait correspondre ?

C’est l’occasion de faire des rencontres en ligne avec des professionnels des métiers de la chimie, du secteur biopharmaceutique et des biotechnologies, qui seront là pour partager leur passion et leur expérience.
En plus, des séances de coaching et d'informations sur les possibilités nombreuses et variées qu'offrent ce secteur: des emplois passionnants pour tous ! 

Inscription par ici : Un job pour changer le monde

 

La Fondation Roi Baudouin publie un rapport d’évaluation d’impact sur le projet « rentrée numérique » qui accompagne les écoles secondaires dans leur transition digitale éducative.

Les résultats mis en évidence dans ce rapport sont excellents. Depuis 2019, le projet de rentrée numérique se déploie progressivement dans les écoles secondaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, piloté par l’asbl EducIT, avec le soutien des fédérations de pouvoirs organisateurs & Wallonie-Bruxelles Enseignement.

(Communiqué de la Fondation Roi Baudouin)

« La Fondation Roi Baudouin a fait réaliser un rapport d’évaluation d’impact de ses effets sur les élèves et les enseignants :  Rapport d’évaluation du projet "Rentrée Numérique"

Cette deuxième étude permet d’identifier les facteurs de succès qui caractérisent les initiatives similaires.

Cette étude a été confiée à l’équipe du CRIFA de l’Université de Liège, composée de Noémie Joris, Lionel Biatour, Méline Lenart dirigée sous la direction de Brigitte Denis.

Les résultats sont là :

  • Plus de 80% des enseignants, des parents et des directions donnent un avis positif sur le projet.
  • La totalité des directions interrogées considèrent que le projet Rentrée Numérique a un effet positif sur la collaboration au sein des équipes éducatives.
  • Un enseignant sur trois dit utiliser le numérique pour la remédiation. Il en va de même pour les outils permettant la différenciation des apprentissages.
  • La participation au projet réduit les principaux freins pour les enseignants à l’utilisation du numérique dans le cadre scolaire.
  • La fréquence d’utilisation des outils numériques augmente avec le projet. Un tiers des enseignants utilise les outils numériques à chaque cours. Un enseignant sur deux dit recourir aux outils numériques au moins toutes les semaines.
  • Plus de 70% des élèves confirment que l’utilisation du numérique contribue à leur motivation et qu’elle renforce la qualité de la communication avec leurs enseignants. Les enseignants confirment très largement ce diagnostic.

Jusqu’à présent, le projet pilote a permis d’accompagner 3.000 enseignants et a touché 12.000 élèves. 

Cette étude poursuit le travail d’évaluation entamé en 2019-2020 tout en l’élargissant autant en termes de public ciblé que d’objectifs de recherche.

Ainsi, les avis des directions d’établissements et des parents d’élèves viennent s’ajouter à ceux des enseignants et des élèves impliqués dans le projet.

De plus, des informations liées aux variables cognitives, motivationnelles ou encore aux forces et freins du projet viennent compléter les données composant la première étude.

Le présent rapport met en évidence :

  • La méthodologie qui a guidé l’évaluation ;
  • Les caractéristiques des répondants ;
  • Les effets du projet sur différentes variables telles que les usages pédagogiques, le sentiment de maitrise des compétences numériques, etc.;
  • L’avis des différents acteurs vis-à-vis des composantes du dispositif ;
  • Des recommandations et conseils concernant l’intégration du numérique en enseignement issus du terrain et mis en regard de la littérature scientifique ;
  • Les limites et perspectives de l’évaluation ;
  • Une courte synthèse des éléments clés de l’évaluation.

Le PROJET de « RENTREE NUMERIQUE »

Rappel : Initié en 2019, le projet « Rentrée Numérique » vise à accompagner les écoles secondaires partenaires dans leur transition digitale. Ce dispositif, porté par l’ASBL EducIT en collaboration avec les Fédérations de Pouvoirs Organisateurs, repose sur trois piliers, à savoir :

  • Un accompagnement technopédagogique des enseignants, élèves et directions pendant un an;
  • L’équipement en matériel numérique (modèle « un-pour-un ») des élèves (cofinancement parents/pouvoirs publics);
  • La mise en place d’une plateforme numérique de scénarisation pédagogique et de partage.

Chacun de ces piliers est mis en oeuvre dans une approche « par école » qui implique de soutenir, dès le départ, la mobilisation de l’établissement dans son ensemble. »

La Fondation pour l’Enseignement (FPE), qui réunit les fédérations de PO, encadre et accompagne depuis son lancement en 2019 le projet de « rentrée numérique » avec EducIT, soutenu par plusieurs acteurs philanthropiques, dont la Fondation Roi Baudouin.

La FPE  partage les réflexions communes aux fédérations de pouvoirs organisateurs-Wallonie Bruxelles Enseignement dans un groupe de travail consacré au « numérique éducatif », favorisant la rencontre d’acteurs en prise directe avec le numérique éducatif, dans une logique de renfort mutuel et de progrès.

Le dispositif Entr’Apprendre en Digital Learning est disponible!

Une immersion en entreprise pour le meilleur partage de contenu et d’expériences à transmettre à vos élèves vous intéresse ? Entr’Apprendre répond à vos souhaits ! Entr’Apprendre offre la possibilité de s’infiltrer au cœur des métiers qu’on enseigne afin d’acquérir une expérience enrichissante, pertinente, adéquate qui permettra de transmettre un apprentissage et un savoir- faire particulier, concret et unique aux élèves.

Cher.e.s enseignant.e.s des filières techniques de qualification et professionnelles,

Avec le Covid qui s’invite dans le quotidien, nous avons pensé à tout et nous nous sommes adaptés ! Une immersion en entreprise à distance, c’est un challenge relevé avec succès grâce au programme d’Entr’Apprendre en digital learning. C’est très simple et accessible à tous, pas d’inquiétude, il ne faut pas être un pro en informatique.

A défaut de pouvoir se rendre sur le terrain, l’e-learning est aussi avantageux. Il vous permet à tou.te.s de participer, quelle que soit votre région. De plus, cette formation ne prendra pas beaucoup de votre temps car elle dure une demi-journée. En plus d’un échange avec un.e responsable des ressources humaines ou formation, (voire le CEO de l’entreprise lui-même), vous aurez l’occasion de découvrir, avec un.e chef.fe d’équipe technique, une journée-type de travail, les principaux défis de son quotidien, et de discuter de stages et d’alternance pour vos élèves. Mieux encore, grâce à l’e-learning, vous pourrez également découvrir des outils de formation sympa et accessibles développés pour vous par EQUANS (Engie), Technifutur, la STIB et le secteur de la construction (Constructiv et la CCW).

L’offre Entr’Apprendre en Digital Learning vous permettra de vous plonger dans les entreprises et métiers suivants :

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les programmes, cliquez sur les liens ci-dessous :

A noter : des séances de « test » de connexion sont prévues à la demande des participant.e.s. Vous aurez la possibilité de vous faire accompagner pour découvrir les plateformes utilisées pour les sessions (My Skill Camp et TEAMS)

Conditions de participation :

Si vous êtes :

  • enseignant.e de cours techniques et pratique professionnelle,
  • enseignant.e de cours généraux,
  • formateur.trice en CEFA des secteurs Agronomie–Industrie –Construction–Hôtellerie/Alimentation–Economie–Sciences appliquées,
  • chef.fe d’ateliers/ chef.fe des travaux
  • conseiller.ère au soutien et à l’accompagnement (CSA)
  • formateur.trice des Centres de Technologies Avancées (CTA),

Ces stages sont créés pour vous alors n’hésitez pas, inscrivez- vous !

 

LA FONDATION POUR L’ENSEIGNEMENT RECRUTE UN.E GESTIONNAIRE DE PROJETS

Le/la Gestionnaire de projet assistera la Responsable Projets et Partenariats dans les tâches liées à la conduite de plusieurs projets-clés (dont prioritairement le projet « Story-Me »), ainsi que dans les actions de communication.

DESCRIPTION DE LA FONCTION

Le/la Gestionnaire rejoindra l’équipe de la Fondation pour l’Enseignement, composée d’une équipe de trois personnes à temps plein. Le/la Gestionnaire de projet assistera la Responsable Projets et Partenariats dans les tâches liées à la conduite de plusieurs projets-clés (dont prioritairement le projet « Story-Me »), ainsi que dans les actions de communication. Elle/il rapportera à la Responsable Projets et Partenariats et directement au Secrétaire Général/Administrateur délégué.

La fonction comprend notamment les tâches suivantes :

  • Gérer, animer et mettre en œuvre plusieurs projets dédiés à l’amélioration du système éducatif, en utilisant des outils de suivi, en collaboration avec la Responsable Projets et Partenariats ;
  • Accompagner et fédérer les différentes parties prenantes des projets (écoles, associations, entreprises, partenaires publics et privés) pour atteindre les objectifs fixés dans une logique d’amélioration continue ;
  • Organiser des ateliers et des groupes de travail en lien avec les priorités du plan d’actions ;
  • Planifier et animer les organes de gouvernance des projets, et en faire rapport de manière systématique, en coordination avec la Responsable Projets et Partenariats et le Secrétaire Général ;
  • Coordonner le développement et gérer des outils de communication (réseaux sociaux, newsletter, créations de visuels -avec une assistance technique spécialisée- et de textes, prises de photos et accueil lors des évènements, …) ;
  • Rédiger et publier des contenus de sensibilisation : articles à destination des sites internet, de la presse spécialisée, ainsi que des présentations à destination des groupes de travail ou de séances d’information ;
  • Organiser et superviser les aspects logistiques des projets.

Ces responsabilités seront amenées à évoluer en fonction du développement des projets et sont modulables en fonction des complémentarités d’intérêts et de compétences au sein de l’équipe.

PROFIL RECHERCHÉ

  • 2 à 3 années d’expérience en gestion/coordination de projet multi parties prenantes ;
  • Une connaissance du système éducatif et/ou associatif est un atout ;
  • Excellentes capacités d’organisation et de communication avec des personnes aux profils variés (écoles, entreprises et associations) ;
  • Animateur.trice avec un sens aigu du contact humain et une forte capacité d’empathie ;
  • Excellente communication écrite et orale ;
  • Expérience en développement d’outils de communication (e.a site Internet et réseaux sociaux) souhaitée ;
  • Esprit d’analyse et de synthèse, proactivité et autonomie ;
  • Capacité d’adaptation à des environnements évolutifs et esprit d’équipe ;
  • Langue maternelle français ; bonnes connaissances en anglais et néerlandais souhaitées ;
  • Maîtrise des outils informatiques courants ;
  • Flexibilité au niveau des horaires selon les nécessités et déplacements fréquents en Région Bruxelles Capitale et en Wallonie ; capacité à travailler à distance (télétravail) plusieurs jours par semaine, tout en ménageant les interactions nécessaires aux projets ;
  • Affinités avec la philosophie générale et les objectifs de la Fondation pour l’Enseignement et ses projets.

NOUS OFFRONS

Il s’agit d’une opportunité unique de développer plus avant vos connaissances et compétences en matière de gestion de projet et de communication, dans un domaine-clé pour la cohésion sociale et l’insertion professionnelle des jeunes en Wallonie et à Bruxelles, en contribuant activement à un enseignement de qualité pour tous, au sein d‘une Fondation d’utilité publique aux multiples parties prenantes, ce qui vous permettra aussi de développer un réseau professionnel étendu.

  • Des tâches formatrices, diverses et variées ;
  • La possibilité de contribuer efficacement à l’amélioration du système éducatif en lien avec les défis du monde socio-économique ;
  • Une ambiance de travail flexible, agréable et bienveillante ;
  • La possibilité de travailler à distance (3 à 4 jours par semaine).

Contrat d’employé.e à temps plein à partir de mars 2022.

Intéressé.e ? Envoyer un CV et une lettre de motivation à l’attention de la Fondation pour l’Enseignement avant le 28 janvier 2022: or@fondation-enseignement.be.

LA FONDATION POUR l’ENSEIGNEMENT

La Fondation pour l’Enseignement est un point de rencontre privilégié entre l’école et l’entreprise. Sa mission est de contribuer significativement à améliorer la qualité de l’enseignement au travers de projets originaux, concrets et pragmatiques avec les acteurs de terrain (pouvoirs organisateurs, direction d’écoles, enseignants, élèves) et par la production d’analyses et de propositions concrètes, résultant du dialogue entre les fédérations des pouvoirs organisateurs des écoles et les entreprises.

En faisant tomber les stéréotypes, dans un dialogue permanent, la Fondation diffuse les bonnes pratiques à l’intérieur des réseaux, en vue de générer des approches plus efficaces, à grande échelle. La Fondation valorise aussi les élèves et leur insertion dans la vie professionnelle, en particulier dans l’enseignement qualifiant.

Prix Reine Paola : appel à projets au bénéfice des élèves de l’enseignement technique, professionnel, artistique, spécialisé et des CEFA

Ce prix récompense chaque année les meilleurs projets qui ont l’environnement, la terre ou l’espace comme thème. Ceux-ci doivent viser à améliorer la qualité de la vie, et peuvent être abordés d’un point de vue scientifique, technique, artistique ou écologique.

Pour qui ?

Il s’adresse aux élèves encadrés par leurs enseignants, du 3ème degré de tous les secteurs de l’enseignement ordinaire, technique ou artistique de transition, de l’enseignement spécialisé ou de l’enseignement en alternance.

Belle progression du projet de « rentrée numérique » éducative

La dernière année a vu une montée en puissance importante et un accueil de plus en plus favorable au projet “Rentrée Numérique” EducIT en Fédération Wallonie Bruxelles. Dernier développement en date : le fonds « Rentrée Numérique » aide dorénavant les écoles à s’équiper... 

Le projet de rentrée numérique sur le modèle proposé par l’asbl EducIT rencontre un accueil de plus en plus favorable, et emporte l’adhésion d’un nombre croissant d’écoles, qui optent pour ce modèle (ou des variantes), avec un cahier des charges respectant les éléments essentiels, à savoir une large adhésion des équipes et l’intégration aux objectifs pédagogiques de la communauté éducative locale, la formation et l’accompagnement pédagogiques des enseignants, et la mise à disposition d’une machine par élève, permettant une utilisation à bon escient en classe et à la maison, selon les objectifs pédagogiques recherchés.

La circulaire 7919 sortie en janvier 2021 a entériné le modèle en favorisant un accès à un ordinateur personnel à potentiellement 260.000 élèves du secondaire via la mise en place d’un co-financement public-privé de ces machines. La partie privée du coût d’achat ou de location étant prise en charge par les parents, un fonds de solidarité a été couplé au dispositif afin de garantir un accès pour tous. En parallèle, les budgets prévus pour l’embauche de 42 technopédagogues par les Fédérations de pouvoirs organisateurs ou grands pouvoirs organisateurs à l’horizon 2025 ont été avancés à 2021.

Agir pour l’Enseignement (APE) a travaillé en collaboration étroite avec EducIT pour aider le SeGEC à envisager concrètement son « Virage Numérique ».  Le travail de co-création réalisé dans ce cadre porte déjà ses fruits actuellement et est duplicable (moyennant des adaptations selon les contextes) aux autres pouvoirs organisateurs qui désirent s’en saisir. A cette fin, la Fondation pour l’Enseignement poursuit ses groupes de travail plusieurs fois par an, permettant notamment l’échange des bonnes pratiques, dans une logique de soutien mutuel à cet enjeu collectif. Les sujets transversaux qui concernent les pouvoirs organisateurs en vue d’une transition numérique réussie y sont traités.

Tous ces éléments conjugués ont permis le démarrage d’une trentaine de nouvelles écoles dans le modèle “Rentrée Numérique” en septembre 2021, portant le nombre d’implantations à 50, le nombre d’enseignants accompagnés à 3.000 et le nombre d’élèves équipés à un peu moins de 12.000.

Le travail étroit de collaboration entre les technopédagogues d’EducIT et les technopédagogues des fédérations de pouvoirs organisateurs permet cette montée en puissance en mobilisant des ressources à différents niveaux.

Le “Fonds Rentrée Numérique” créé en 2019 et hébergé à la Fondation Roi Baudouin avait pour but d’aider les familles précarisées à payer la quote-part privée des ordinateurs des jeunes. Cette fonction étant reprise par le fonds de solidarité créé par la circulaire 7919, le Fonds Rentrée Numérique a été transformé en un fonds accessible aux écoles pour les aider à affronter certains coûts liés au lancement d’un projet d’équipement « 1 élève: 1 ordinateur » dans leur établissement (Wifi, projecteurs, engagement d’une personne ressource, …) à concurrence d’un montant maximum de 30k€ par école. Ce fonds est alimenté à hauteur de plus ou moins un million d’€ et suscite déjà de l’intérêt auprès de nombreuses écoles. Les écoles y auront accès tant qu’il y aura des liquidités disponibles.

La Fondation pour l’Enseignement poursuit son travail visant à accompagner au mieux ce projet qui conjugue au présent les éléments déterminants pour la réussite de la transition numérique et les balises mises en place conjointement avec les fédérations de pouvoirs organisateurs depuis 2019, grâce au soutien d’acteurs philanthropiques également impliqués dans le comité de pilotage du projet EducIT.

Parcours métiers renforcés : agir localement pour la qualité des parcours et renforcer les collaborations via des « pôles Ecole-Entreprise » (EDEN-HUB)

La Fondation pour l’enseignement explore avec les fédérations de pouvoirs organisateurs, UWE/BECI et les secteurs (Agoria, CCW, Essenscia et Fevia) les améliorations de parcours métiers (« trials ») en forte demande, et nourrit ces travaux d’interactions dans un projet Erasmus+ (EDEN-HUB).

Des hubs école-entreprise locaux et des parcours métiers renforcés pour les élèves

En Belgique francophone, les Bassins Enseignement-Formation-Emploi sont de formidables lieux de développement et de professionnalisation de l’approche école-entreprise, et c’est pourquoi c’est en relation avec les Bassins et leurs Chambres Enseignement que la Fondation mène, depuis plusieurs mois, des travaux permettant de construire un « cahier des charges » des collaborations école-entreprise, qui valorise les collaborations école-entreprise-centre de formation (Centres de Compétences - CDC/Centres de référence - CDR/Centre sde Technologies Avancées - CTA/centres de formation sectoriels), et assure des parcours métiers à haute valeur ajoutée pour les élèves.

Les « parcours métiers renforcés » sont par ailleurs soutenus et cadrés grâce à la grille des « 9 recommandations école-entreprise » https://www.fondation-enseignement.be/node/397 co-signée par les parties prenantes de l’enseignement (les 4 fédérations de Pouvoirs Organisateurs et WBE) et de l’entreprise (l’Union Wallonne des Entreprises, BECI et 4 grandes fédérations sectorielles : Fevia, Agoria, CCW et Essenscia).

Ces parcours métiers renforcés sont l’occasion de travailler en profondeur la question de la « formation triale » des élèves, partagée entre l’école, l’entreprise et le centre de formation (CTA ou CDC/R). Il importe d’optimaliser ces parcours au bénéfice de la qualité de la formation des jeunes, et de leur épanouissement personnel et professionnel.

Au printemps 2022, la Fondation produira un « cahier des charges » qui permettra aux décideurs institutionnels comme aux acteurs locaux de professionnaliser ces approches école-entreprise dans le cadre de la formation des élèves inscrits dans l’enseignement qualifiant, et en phase avec les orientations du Pacte pour un enseignement d’Excellence.

Vous souhaitez inscrire votre organisation dans la dynamique des Pôles école-entreprise européens ? N’hésitez pas à nous contacter via jeny.clavareau@fondation-enseignement.be ou olivier.remels@fondation-enseignement.be , et nous vous présenterons les possibilités qui s’offrent à vous.

Plus d’informations sur www.edenhub.eu

Agir localement, mais en s’inscrivant dans la logique de mobilité européenne Erasmus+ : EDEN-HUBS

Depuis septembre 2020, la Fondation pour l’Enseignement inscrit aussi son action dans un projet partenarial européen soutenu par Erasmus +, qui rassemble 8 organismes issus de 5 pays européens dans une dynamique de développement d’outils et de méthodologies permettant de créer et soutenir des synergies école-entreprise locales, des ED-EN HUBs.

Objectifs : créer, tester et diffuser une approche de collaboration école-entreprise permettant de réduire l’écart des compétences et de soutenir l’orientation positive, le recrutement et la formation, avec un focus sur les compétences transversales et transférables. Par l’élaboration de cette approche, le consortium permettra de soutenir la création ou le renforcement de pôles (« hubs ») école-entreprise locaux.

 

 

Intellectual Outputs : les résultats concrets visés

4 axes de travaux : le consortium, constitué d’acteurs aux expertises fortes et complémentaires sur la formation, l’enseignement, l’orientation, les compétences transversales et les relations école-entreprise, a divisé ses travaux en 5 axes, afin de soutenir les pôles école-entreprise locaux :

  1. Un kit d’outils pour le développement collaboratif (école-entreprise) des compétences transversales et transférables

L’ « octogone » des compétences transversales et transférables est déjà disponible (voir ci-après). Il permet aux acteurs école-entreprise de partir d’un outil d’identification et de classement commun des compétences, qui soit à jour au regard des préoccupations du monde du travail, et facilement utilisable.

  1. Une plateforme européenne pour les pôles école-entreprise et la dissémination des bonnes pratiques

Ces travaux portent sur le développement d’une plateforme en ligne permettant de soutenir la montée en puissance et la professionnalisation des collaborations école-entreprise locales. Concrètement, elle pourra permettre aux acteurs de bénéficier d’outils soutenant leurs travaux et de s’inspirer de principes méthodologiques pour professionnaliser leurs approches de parcours de formation et d’orientation.
Elle permettra également aux pôles locaux de s’identifier dans un réseau « ED-EN HUB » européen et de partager les bonnes pratiques.

  1. Au cœur des collaborations école-entreprise : un guide de ressources pour la formation conjointe des formateurs

Il s’agit de proposer un parcours intégré abordant les relations EDucation-ENterprise afin de faciliter et d'améliorer le parcours professionnel personnel.

Dans cette perspective, tout individu peut définir ses besoins de développement de compétences à travers des éléments d'orientation active. Ensuite, le projet proposera des outils aux professionnels pour les accompagner dans un processus de co-conception des éléments d'apprentissage. La phase de co-conception est au cœur du projet ED-EN HUB car elle permet aux personnes des deux parties (éducation et entreprises) de travailler ensemble, en comblant le fossé qui peut exister dans leur représentation mutuelle.

  1. Guide pour l’accompagnement coopératif à l’orientation des personnes en recherche de qualification et/ou d’emploi

Ce guide, développé sous la direction de la Fondation pour l’Enseignement, vise à repenser l’orientation comme un parcours complet pouvant être interrompu puis repris à tout moment par ses utilisateurs. Dans ce cadre, il proposera aux entreprises, écoles, et à l’ensemble des acteurs de partir de principes communs de l’orientation positive (qui vise à permettre aux personnes d’apprendre à s’orienter, se mettre en projet et s’ouvrir au monde), et à soutenir la collaboration école-entreprise dans cette mission.

A mi-chemin de son programme de travaux, le consortium s’est réuni à Londres en octobre dernier pour faire le point sur les travaux et échanger avec des grandes entreprises, écoles secondaires, primaires, hautes écoles et universités qui ont mené des projets allant dans la direction d’une professionnalisation des collaborations école-entreprise.
Impact attendu : au bout de ses 3 ans de travaux, le consortium aura permis le développement d’un véritable réseau européen de pôles école-entreprise (ED-EN HUBs), outillé grâce aux guides et outils méthodologiques co-construits.

 

Story-me : le projet est déployé depuis la rentrée dans 12 écoles qualifiantes à Bruxelles !

90 classes de 2ème et 3ème Secondaires (1300 élèves en 2021-22) et plus de 140 enseignants et éducateurs référents participent. Story-me, le projet qui accompagne les jeunes à devenir acteurs de leur parcours d’orientation, illustre et s’articule avec les objectifs d’éducation orientante du Pacte, en développant des compétences transversales : connaissance et confiance en soi, découverte des métiers et mise en projet ...

Le projet rencontre un fort enthousiasme 

Le projet se déploie, en dépassant les attentes. Entre septembre et novembre 2021, pas moins de 142 membres des équipes éducatives (enseignant.e.s, éducateur.rice.s et membres de CPMS) ont participé aux journées de formation accréditées proposées par l’équipe Story-me, portant sur les postures éducatives de l’orientation). Entre octobre 2021 et mai 2022 ce sont plus de 90 classes de 2e et 3e secondaires qui bénéficieront du parcours d’activités Story-me (10h d’activités en classe de 2e, 18h d’activités pour les 3e) , représentant presque 1300 élèves. Le parcours Story-me comprend des activités en classe et des visites extérieures, comme celle des Startech’s Days à laquelle plus de 780 élèves et leurs 73 accompagnants ont pu participer, les 08 et 09 novembre derniers. Cet événement, organisé par Worldskills Belgium permet d’expérimenter et de découvrir une diversité de métiers manuels, techniques et technoliguques.

Les associations partenaires de Story-me, qui ont co-construit ce projet dans une dynamique d’intelligence collective, sont aux commandes pour accompagner ce projet sur le terrain, en coordination avec chacune des écoles impliquées. Depuis septembre, un « carnet de bord » est mis à disposition des élèves, leur permettant de consigner leurs expériences (ateliers, contacts avec les métiers, projet, etc.) et apprentissages autour de leur projet personnel d’orientation. Enfin, une « boîte à outils » constituée de fiches pédagogiques est à disposition des équipés éducatives, pour les appuyer dans l’animation des classes. Malgré le contexte délicat, le projet se poursuit et rencontre des besoins confirmés sur le terrain, en respectant les consignes sanitaires en vigueur.

Story-Me : un projet d’école qui intègre les objectifs d’éducation orientante du Pacte

L’éducation orientante est un dispositif qui doit s’intégrer au parcours pédagogique dès les premières années du tronc commun (la première et deuxième primaire se lancent dès la rentrée 2022-23), en s’intégrant au coeur des apprentissages délivrés par les enseignants, comme le précise le Pacte pour un Enseignement d’Excellence.

En agissant dès aujourd’hui aux moments charnières du choix d’une option et de la transition, c’est-à-dire en 2ème et 3ème années du secondaire (à ce moment les élèves n’ont souvent pas encore affiné leur choix) dans 12 écoles qualifiantes à Bruxelles, Story-Me applique cette philosophie, au travers d’un programme concret articulé aux cours, destiné à mettre les enseignants en situation de porter hauts ces enjeux majeurs, et à accompagner des élèves dans la construction d’un projet de vie personnel.

Ainsi, Story-Me mobilise certaines des compétences-clés visées par les « visées transversales » des domaines de compétences 6,7 et 8 du Pacte, en accompagnant l’adoption des bonnes postures des professionnels de l’enseignement, et en aidant des élèves souvent fragilisés, suite à des échecs et/ou une orientation par défaut, à mieux se connaitre, à développer leur confiance en soi, à découvrir le monde professionnel (au-delà des options et métiers proposés dans leur environnement immédiat) et enfin à développer leur capacité à devenir acteur de leur parcours.

Ces enjeux ont été rappelés récemment, lors des « Assises de l’Orientation », organisées le 25 novembre dernier par la Fédération Wallonie-Bruxelles, rappelant à chacun la nécessité d’une approche éducative équitable de l’orientation, échappant aux déterminismes et aux choix sous influence, découlant de représentations diverses qui prévalent souvent chez les élèves et leurs parents, mais aussi chez les enseignants.

« Pour donner les meilleures chances à tous d’émancipation et d’intégration sociale, le travail de développement personnel et professionnel doit être intégré au sein des pratiques quotidiennes de l’école afin que chaque jeune, dès ses premières années de cours, entame une véritable construction de soi et de son parcours scolaire ».

En agissant déjà sur le terrain, Story-me entend aider dès aujourd’hui les équipes éducatives et les élèves, en attendant que les futurs élèves aient pu pleinement bénéficier du futur tronc commun polytechnique et pluridisciplinaire. Story-me est aussi une chambre d’apprentissage de bonnes pratiques dans la perspective de la mise en œuvre prochaine de ce tronc commun par les acteurs de l’école. Raison pour laquelle la Fondation pour l’Enseignement, qui met en oeuvre le projet Story-me grâce au soutien de philanthropes, partage les enseignements du projet avec ses parties prenantes (fédérations de pouvoirs organisateurs, des entreprises, fédération Wallonie Bruxelles) dans un groupe de travail consacré à l’orientation positive.

Story-Me en quelques mots

Story-Me un projet d’orientation structuré et ambitieux, lancé depuis septembre 2021 dans 12 écoles secondaires bruxelloises dotées d’un premier degré (1ère et 2e années) du Secondaire et d’un enseignement qualifiant à partir de la 3e année. Le projet s’installe pour trois ans dans chaque école, en veillant en priorité à la formation et l’accompagnement des enseignants, et en s’intégrant aux cours (cours généraux ou de pratiques professionnelles) afin d’installer durablement ces pratiques dans les écoles.

Le pari de Story-Me est de soutenir l’orientation positive des élèves à un moment charnière, en aidant chacun à construire son projet personnel, ... mais aussi de prévenir le décrochage scolaire, auquel les élèves des milieux socio-économiques moins favorisés, prédominants dans l’enseignement qualifiant, sont plus fortement exposés. Le projet se déroule au travers d’un parcours complet d’activités (entre 10 et 18h en classe) par année scolaire, en 2e et 3e secondaires. Années au cours desquelles les élèves répertorient pour eux-mêmes dans un cahier personnel leurs expériences et les enseignements qu’ils en tirent.

En 2e année, des animations en classe permettent aux élèves d’expérimenter de nombreux métiers, y compris en dehors des options proposées par leur école, afin de susciter chez eux une envie d’en savoir plus. Des activités inspirantes sont organisées, comme la participation aux Startech’s Days ce 09 novembre dernier. En 3e année, les jeunes sont incités à réfléchir à leurs forces, à leurs goûts, mais aussi de leur (re)donner confiance en eux… Des animations leur permettent de découvrir des métiers, par exemple sur la base de témoignages. En découle ensuite une mise en projet axée sur leur projet d’orientation personnel, qui clôture le parcours.