Flux RSS

Les inscriptions aux formations continues en immersion en entreprises en 2022-23 sont ouvertes !

Le catalogue actualisé 2022-23 des formations pour enseignants Entr’apprendre est accessible en ligne sur le site de l’IFPC ! Pas moins de 26 entreprises proposent d’accueillir des stagiaires cette année.

Afin de consulter toutes les offres de stage Entr’apprendre et de vous inscrire :

  • Rendez-vous sur https://ifpc.cfwb.be ;
  • Cliquez sur le carré « Formations » ;
  • Sélectionnez « Entr’apprendre – stages en entreprise » dans « Formations spécifiques » ;
  • Cliquez sur « Rechercher » pour faire apparaître la liste des stages 2022-23 au bas de la page.


Un dispositif au service de la formation continue des personnels de l’enseignement qualifiant

Entr’Apprendre, ce sont deux jours d’immersion dans des entreprises reconnues dans leur domaine, à destination des enseignant-es des cours généraux[1] et OBG de l’enseignement qualifiant, des chef-fes d’ateliers, accompagnateurs-trices CEFA et formateur-trices CTA. Une préparation au stage (à distance) et un transfert des apprentissages en réseau (les acquis remis en relation avec les référentiels et les programmes) complètent l’expérience.

[1] La participation des enseignants de cours généraux, idéalement avec leurs collègues des cours pratiques, est proposée pour renforcer le sens des apprentissages et l’interdisciplinarité. Cela a d’autant plus de sens avec l’entrée en vigueur prochaine du nouveau parcours d’Enseignement Qualifiant (PEQ).

Pourquoi s’inscrire aux formations Entr’apprendre ?

  • Découvrir/redécouvrir les pratiques professionnelles exercées en entreprise      
  • Actualiser les connaissances des outils et méthodes utilisés en entreprise
  • Prendre conscience des attitudes et des compétences attendues en entreprise: sécurité, savoirs-être (communication, compétences relationnelles, …) pour mieux préparer les élèves
  • Enrichir les connaissances qu’un.e enseignant.e est appelé.e à faire passer à ses élèves en illustrant les apprentissages par des exemples concrets, vécus, et actuels     
  • Développer des partenariats avec les entreprises de votre région (Stages, info métiers, alternance, …)
  • Renforcer l’ancrage de l’école dans la société
  • Mettre en œuvre le plan de pilotage/projet d’établissement
  • Soutenir l’orientation positive des élèves en ajoutant des éléments contextuels, qui font sens (concrets)

Les formations sont organisées en priorité dans les dates des formations collectives de l’IFPC (IFC), afin de perturber le moins possible l’organisation des écoles. Néanmoins, d’autres dates peuvent toujours être explorées sur demande.

Le programme est coordonné et accrédité par l’IFPC (IFC) qui passe ensuite le relais aux instituts de formation continue des réseaux (l’Institut de formation de l’Enseignement catholique (Ex- CECAFOC) et FCC) ou au réseau lui-même pour la phase de transfert, avant l’évaluation. Dès lors, Entr’apprendre s’inscrit dans les quotas autorisés de formation continue des enseignants. Depuis 2014, plus de 400 enseignants en ont fait l’expérience avec succès !

La formation continue en entreprise fait partie intégrante des dispositifs couverts par le Décret relatif à la formation continue.

Une réponse à plusieurs besoins collectifs et individuels dans les écoles

Ces formations sont des leviers dans le cadre des Plans de Formation des enseignants en lien aux plans de pilotage[2] des établissements, pour permettre aux professionnels de l’enseignement de se (re)plonger dans une entreprise active dans les secteurs dans lesquels les enseignant.e.s forment leurs élèves, afin d’acquérir des compétences utiles pour mettre les cours en lien avec les exigences actuelles du monde du travail.

Entr’apprendre permet en effet aux enseignants d’accéder aux informations les plus récentes concernant l’évolution des métiers.

La rencontre entre le milieu scolaire et celui du travail permet aussi de créer des liens et de la confiance en vue notamment de l’organisation des stages et/ou de l’alternance pour les élèves, et dans la perspective de partenariats entre écoles et entreprises (par exemple les jurys de qualification).

En outre, ces immersions pour enseignants sont aussi de nature à soutenir les enseignants lors de l’ouverture et/ou de la modification des options de base groupées, notamment lors du passage d’options dans le Parcours d’Enseignement Qualifiant (PEQ) en assurant des collaborations école-entreprise favorables à l’ouverture des stages pour les élèves[3].

Une formation de qualité en support direct :

  • des Plans de Formation (chefs d’ateliers, enseignants des cours techniques et généraux), liés aux objectifs du Plan de pilotage :
  • de la préparation des stages des élèves, en créant des liens de confiance avec les entreprises, et d’autres partenariats, comme les jurys de qualification.
  • des nouveaux profils « métiers » et de certification (issus du Service Francophone des Métiers et des Qualifications), replacés dans leur contexte socio-économique, écologique et culturel.
  • du nouveau Parcours d’Enseignement Qualifiant (PEQ) (3-5-6 + 7èmes années + Art. 45/47 de l’alternance)

    ... dès la rentrée 2022-23 pour les options qui étaient en Certification par Unités (ex-CPU) et les nouveaux profils de formation, et dans toutes les Options de Base Groupées (OBG) dès la rentrée 2023-24

    ... les enseignants de 4ème année[4]  devront se spécialiser dans l’enseignement d’un métier (comme en 5 et 6ème), tandis que la 3ème Secondaire restera orientée vers la découverte de plusieurs métiers d’un secteur.


[2] Par exemple, diminuer le décrochage en renforçant le sens des apprentissages ; diminuer le redoublement ; améliorer l’orientation et renforçer les compétences interpersonnelles;  améliorer les connaissances des métiers et des standards en entreprises (par ex. les consignes de sécurité), ...

[3] En effet, les nouveaux profils en PEQ prévoient désormais de 8 à 16 semaines de stages pour les élèves et des semaines projets sur les 3 ans du parcours, ce qui nécessitera de renforcer vos liens avec les entreprises!

[4] Dans le passé, les enseignants de 3-4ème étaient des généralistes qui enseignaient jusqu’à présent davantage un « secteur ».

 

En conséquence, Entr’apprendre est un outil essentiel pour l’enseignement qualifiant !

L’offre de formation en entreprise 2022-2023

Entr’apprendre année scolaire 2022-23

181 places de formation (2 jours) en immersion

17 métiers couvrant 6 secteurs : construction – sciences appliquées – économie – hôtellerie/alimentation – industrie – agronomie

26 entreprises participantes, en Wallonie et à Bruxelles

Pour accéder à la liste complète des secteurs/métiers/entreprises : cliquez ici

 

L’offre de place de formation en immersion est organisée en collaboration avec plusieurs secteurs :

Une partie de l’offre Entr’apprendre s’organise dans une combinaison « triale » Enseignement – Entreprise – Centre de formation (centre de technologies avancées ou centre de compétences, comme Technifutur, Construform ou encore Epicuris).

Cette formule permet de compléter (1/2 journée sur les 2 jours) l’immersion en entreprise par une mise en contact avec les technologies derniers cris.

Le centre de gravité reste cependant bien l’immersion en entreprise. L’accueil en centre de formation fait partie intégrante de la formation, sans besoin d’une inscription séparée.

La formule « triale » est notamment organisées avec les entreprises EQUANS, SAFRAN, LUTOSA ET HESBAYE FROST. (toute l’information dans les offres détaillées et dans le catalogue 2022-2023).

Inscriptions

 Les inscriptions sont ouvertes via le site de l’IFPC !

Afin de consulter toutes les offres de stage Entr’apprendre,

  • Rendez-vous sur https://ifpc.cfwb.be ;
  • Cliquez sur le carré « Formations » ;
  • Sélectionnez « Entr’Apprendre – stages en entreprise » dans « Formations spécifiques » ;
  • Cliquez sur « Rechercher » pour faire apparaître la liste des stages 2022-23 au bas de la page.

Entr’apprendre : on en parle !

N’hésitez pas à consulter notre plateforme en ligne www.entrapprendre.be où vous trouverez notamment des témoignages d’enseignants-ambassadeurs d’Entr’Apprendre et des ressources en lien avec les métiers.

 

Entr’apprendre, c’est aussi une communauté d’apprentissage en devenir, notamment sur les réseaux sociaux :

Pour accéder aux affiches (format A3), imprimables destinées aux écoles, cliquez ici

Pour toute autre information :

Responsable Partenariats et Projets

gaelle.bomans@fondation-enseignement.be

0494/69 45 85

Save the date : Comité stratégique de la Fondation pour l’Enseignement

Save the date : le Comité stratégique de la Fondation pour l’Enseignement se tiendra le 16 novembre 2022 de 16h30 à 19h00 à Bruxelles (l’adresse sera communiquée ultérieurement) en présence de la Ministre de l’Education Caroline Désir et du Secrétaire général de la Fédération Wallonie-Bruxelles, F. Delcor, ainsi que des membres du Conseil d’Administration de la Fondation pour l’Enseignement.

Pacte pour un enseignement d’excellence – « Le monde évolue. L’école aussi ».

On ne le présente plus tant il a défrayé la chronique, et pourtant. Pour comprendre et communiquer sur cette vaste réforme systémique essentielle de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles, un manuel a été conçu.

Le tronc commun, les rythmes scolaires, les pôles territoriaux, la forme du qualifiant: tous les moments charnières des futures rentrées scolaires sont expliqués dans ce document. En une phrase, en une page ou en quelques tags...

« Rentrées numériques » : bilan intermédiaire encourageant, perspectives et recommandations pour une transition numérique éducative réussie!

Le Conseil d’Administration de la Fondation pour l’Enseignement salue les résultats très encourageants du projet de « rentrée numérique éducative » et met en évidence avec EducIT quelques recommandations et défis à relever !

Bilan intermédiaire

Le projet de « rentrée numérique éducative » (modèle proposé au départ par l’asbl EducIT combinant une approche par école avec la formation et l’accompagnement des enseignants et un équipement adapté aux défis, c’est-à-dire un laptop par élève) se déploie dans un nombre croissant d’écoles secondaires issues de différents réseaux en Fédération Wallonie-Bruxelles, avec l’appui croissant des fédérations de pouvoirs organisateurs et des pouvoirs organisateurs (SeGEC, WBE, CPEONS, et Felsi) via leurs conseillers techno-pédagogiques.[1]

La décision positive de la Fédération Wallonie-Bruxelles de soutenir l’achat des équipements des enseignants et des élèves (à raison de 75 euros/élèves sur trois ans) et la création d’un fonds de solidarité pour aider les familles en difficulté sont des mesures positives importantes pour encourager cette transition numérique des écoles secondaires.

Environ 80 % des écoles ont ainsi choisi d'équiper leurs élèves d’un matériel coûtant autour de 300€ TVAC, les autres écoles s’orientant vers un matériel plus cher. Après déduction des 75 € pris en charge par la FWB (circulaires 7919, 8366 et 8557), le coût à charge des parents est donc généralement d’environ 225 € dont une partie est prise en charge par le fonds de solidarité mis en place dans le cadre des mêmes circulaires.

En 3 ans, 50 écoles ont déjà adopté ce nouveau modèle d’équipement « 1 élève :1 machine », permettant de faire du numérique un outil à part entière pour travailler les savoirs et compétences de toutes les disciplines, en classe comme à la maison. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 3000 enseignants ont été formés et 12.000 élèves sont à présent équipés. Pas moins de 50 écoles supplémentaires se lanceront en 2022-23... et près de 80.000 élèves seront ainsi équipés d’ici 2025 !

En effet, L’ensemble des écoles ayant opté pour le modèle “1 machine pour 1 élève” durant les précédentes années continuant à équiper chaque année leurs nouvelles cohortes d’élèves, la progression du nombre d’élèves équipés devrait être exponentielle.

La perception des acteurs

Au cours de l’année 2021, la Fondation Roi Baudouin a missionné le C.R.I.F.A.[2] en vue d’évaluer de façon indépendante les effets du projet Rentrée Numérique. Dans le cadre de la seconde édition de son enquête, la FRB a interrogé les différents publics concernés sur leur perception du projet. Enseignants, directions, élèves et parents confirment que cette perception est largement positive :

  • 81,4% des enseignants ont une perception positive du projet[3]
  • 87,4% des élèves sont favorables à la poursuite du projet[4]
  • 95% des directions ont une perception (très) positive du projet[5]
  • 81% des parents ont une perception (très) positive et 7% (très) négative[6]
  • L’utilisation “fréquente” (au moins 1x/sem.) est passée de 23% à 81% en un an de projet
  • Réduction significative des freins identifiés par les enseignants après 2 ans: problèmes techniques : 53% avant9% après ; manque de vision : 43% avant11% après ; manque de pratique : 43% avant 14% après ; manque de formation : 40% avant13% après)
  • Motivation des élèves lors de l’utilisation de l’ordinateur plutôt que d’autres supports d’apprentissage (68%) et communication plus efficace des enseignants vers les élèves (80%)

Vous pouvez accéder aux résultats synthétisés de l’étude en cliquant ici. (© Fondation Roi Baudouin / C.R.I.F.A)

Perspectives et recommandations

  1. Outre la formation des conseillers Techno-pédagogiques engagés par les FPO/PO, EducIT, il est pertinent de travailler également avec les équipes de conseillers au soutien et à l’accompagnement des fédérations de PO/PO. En effet, l’apport du numérique concerne aussi les conseillers disciplinaires tant dans les branches générales (mathématiques, géographie, français, langues modernes, …) que dans les cours de pratique professionnelle.
  2. Il faut se réjouir des initiatives de formation (prises notamment par les universités en collaboration avec des centres de compétences) qui proposent des certificats permettant d’étoffer les compétences des enseignants en matière d'intégration du numérique. Les compétences numériques devraient cependant être pleinement intégrées aux cursus de la formation initiale des enseignants.
  3. L’équipement “1 machine pour 1 élève” est l’un des piliers à la base du succès des « rentrées numériques éducatives ».

    L’expérience montre que demander aux familles qui en ont les moyens de participer au financement de la machine contribue à faire reconnaître au jeune que l’outil qu’il a en main a de la valeur et qu’il faut qu’il en prenne soin. Aussi, cette approche s’appuie dans la plupart des cas sur une démarche de cofinancement entre les autorités publiques et les parents qui intègre:

    • Une contribution des pouvoirs publics permettant de réduire le coût d’acquisition du matériel pour l’ensemble des élèves.
    • Une prise en charge (quasi) complète de cette charge financière pour les familles ne disposant pas des ressources financières nécessaires pour une telle acquisition.

    Malgré quelques retards jusqu’en avril 2022, les outils informatiques permettant aux écoles d’introduire efficacement leurs demandes de financement (ONEL 2) auprès de la FWB sont aujourd’hui disponibles. Ces délais ont néanmoins pesé sur l’appropriation du dispositif par les écoles et une communication soutenue est donc souhaitable.

  4. Afin de soutenir et d’accélérer la démarche de numérisation des écoles, il pourrait être opportun d’augmenter la part du financement public ad minima à hauteur des enveloppes budgétaires prévues annuellement par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Par ailleurs, une complémentarité accrue entre les soutiens apportés par la Fédération Wallonie Bruxelles d’une part et les investissements régionaux d’autre part est également essentielle au déploiement effectif des projets de rentrée numérique.

    En particulier, il semble opportun de mettre en phase les politiques régionales Ecoles Numériques pour les établissements secondaires de façon à ce qu’elles viennent effectivement renforcer la politique d’équipement des élèves mise en place par la Fédération Wallonie Bruxelles (par exemple en augmentant la part du financement public des machines des élèves) plutôt que de soutenir des modèles d’équipement des écoles, dont un connait les limites lorsqu’ils sont déconnectés d’un projet et d’un accompagnement pédagogiques.

    Enfin, des moyens alloués aux régions dans le cadre du plan de relance pour soutenir la connectivité interne et externe des écoles gagneraient à être investis aussi en soutien de ces politiques pour ce qui concerne les écoles secondaires, sans pour autant bien entendu pénaliser les autres niveaux d’enseignement.

A travers le développement des compétences des jeunes aujourd’hui, c’est aussi les perspectives de déploiement économique des régions qui sont en jeu. Les moyens investis par les pouvoirs publics dans ces questions paraissent ainsi particulièrement pertinents.

Lire aussi : « L’opération ‘Rentrée numérique’ touchera 25.000 élèves d’ici l’an prochain », dans La Libre Belgique, le 30/06/2022 : cliquez ici


[1] Grâce aux fonds débloqués par la Fédération Wallonie Bruxelles, l’ensemble des (Fédérations de) Pouvoirs Organisateurs ont investi de façon considérable dans le développement de leurs équipes de conseillers techno-pédagogiques, passant de 2 à plus de 20 profils de ce type pour le secondaire.

[2] Le Centre de Recherche sur l'Instrumentation, la Formation et l'Apprentissage est issu du Service de Technologie de l'Éducation de l'Université de Liège.

[3] Enquête Fondation Roi Baudouin auprès des enseignants des 19 établissements ayant équipé leurs élèves depuis au moins 1 an. 310 réponses entre novembre et décembre 2021.

[4] Enquête Fondation Roi Baudouin auprès des élèves des 19 établissements ayant équipé leurs élèves depuis au moins 1 an. 1167 réponses entre novembre et décembre 2021.

[5] Enquête FRB auprès des directions d’un échantillon représentatif des 50 établissements ayant bénéficié de l’accompagnement d’EducIT. 20 réponses collectées entre novembre et décembre 2021

[6] Enquête FRB auprès des parents d’un échantillon représentatif des 50 établissements ayant bénéficié de l’accompagnement d’EducIT. 472 réponses collectées entre novembre & décembre 2021.

ENTR’APPRENDRE : Récit d'immersions virtuelles et nouveau programme de formation pour enseignants en présentiel 2022-23 !

Contrainte par la Covid, Entr’apprendre s’est temporairement muée en programme à distance avec la STIB, EQUANS, Les ATELIERS CERFONTAINES, THOMAS & PIRON (digital learning). En 2022-23, le programme en présentiel reprend !

Un programme en e-learning créé dans l’urgence : bravo aux acteurs!

En 2021-22, la Fondation pour l’Enseignement a élaboré dans l’urgence, en collaboration avec la Formation en Cours de Carrière (IFC), les instituts de formation réseaux (Cecafoc et FCC), quatre entreprises*, Technifutur, Constructiv et la Confédération Construction Wallonne, un programme d’immersion en distanciel, contraint par la crise de suspendre le programmes des formations en présentiel.

Organiser une immersion en entreprise en digital learning pour pallier l’impossibilité d’agir en présentiel constituait un véritable défi relevé par les partenaires.

Comment se sont déroulées ces formations en digital learning « immersif »?

Les participants recevaient, à l’avance, des supports de qualités tels que des vidéos, de la documentation avec laquelle ils pouvaient se familiariser au préalable. Lors de la formation ils étaient accueillis par la Fondation pour l’Enseignement qui se chargeait d’introduire la session en ligne. Les participants avaient ensuite l’opportunité de découvrir, via des vidéos qui avaient été réalisées sur le terrain, des machines-outils et les ateliers des différentes entreprises et centres de formation. Ils bénéficiaient d’explications de professionnels et de plus amples informations grâce à un formateur avec lequel ils pouvaient communiquer, entre autres sur les débouchés pour leur élèves dans les entreprises. Ils avaient ensuite la possibilité d’échanger avec des professionnels qui ont largement partagé leur expérience. La formation se finissait par un débriefing interactif.

Grâce à ce mode en digital learning, les enseignants ont eu accès à des outils innovants de découverte des métiers d’usineur, électromécanicien.ne et des métiers de la construction.

*Nous remercions chaleureusement Les Ateliers Cerfontaine, Equans, La Stib et Thomas & Piron sans qui cette expérience n’aurait pas été possible. Le professionnalisme et l’enthousiasme étaient au rendez- vous.

Citations des enseignants participants

screen1 “J’ai trouvé cette présentation très intéressante, merci beaucoup, j’en parlerai à mes collègues à l’école, très belle découverte et merci beaucoup pour les propositions.”

screen2

“Très intéressant de pouvoir rappeler les prérequis en utilisant cette pyramide, c’est une idée que je vais reprendre avec mes élèves”

" Je ne pensais pas qu'il y avait des logiciels qui géraient comme ça l'ensemble des données qu'on pouvait recevoir sur une machine (..) ça évolue très vite et c'est pour ce genre de chose que je suis là aussi parce que si on ne se tient pas à jour on est très vite dépassé, donc c'est un domaine à creuser."

Le programme 2022-23 pour des formations continues en immersion est bientôt disponible!

Si la modalité en ligne a été activée dans un contexte de crise sanitaire, l’immersion en présentiel reste bien la forme standard de l’offre de stages en entreprise en 2022-2023. A ce jour, pas moins de dix-sept entreprises ont déjà proposé d’ouvrir des places de formation en immersion, dans plusieurs secteurs (dont Industrie, Agro-alimentaire, Construction).

Le catalogue de formation de l’IFC reprenant ces offres (qui seront encore complétées tout début septembre), est déjà accessible sur le site : www.ifc.cfwb.be pour les directions d’écoles et les enseignants. A l’aide de leurs codes d’identification connus d’eux, les inscriptions leurs sont d’ores et déjà sont ouvertes !

Le catalogue des formations est destiné aux enseignants de cours techniques et/ou de pratiques professionnelles (CT et/ou PP) et de cours généraux (CG) de l’enseignement ordinaire et spécialisé (nouveauté cette année), aux chefs d’ateliers, aux formateurs en CEFA et en Centre de Technologies Avancées (CTA), etc.

Prévues en trois étapes (préparation, immersion, transfert), ces formations en immersion visent à soutenir les établissements scolaires dans leurs objectifs, tant en lien au plan de pilotage et au plan de formation des enseignants qu’auprès des élèves en quête de sens dans leur apprentissage et pour une mise à jour optimale des savoirs et compétences.

Rappel

L’objectif d’Entr’apprendre: créer des ponts entre les enseignant.e.s des écoles à filières techniques et professionnelles et les entreprises susceptibles d’accueillir leurs élèves en stage, en alternance ou à la fin de leur formation. Cette formation permet aux enseignants de (re)découvrir les métiers de l’électromécanique, la maçonnerie ou encore l'électricité ou la chimie, sur le terrain grâce à de riches interactions avec des professionnels du métier.