Flux RSS

Soutenir les actions menées par les instances bassins Enseignement-Formation–Emploi (IBEFE) en support de l’information sur les métiers & de l’orientation.

Dans le cadre de ses objectifs visant à soutenir l’orientation positive des élèves et la revalorisation de l’élève dans l’enseignement qualifiant, la Fondation pour l’Enseignement collabore avec les bassins IBEFE, qui mènent des actions rapprochant les acteurs de l’école, de la formation et des entreprises au niveau local. Plusieurs initiatives sont prises en concertation pour dynamiser les relations entre les partenaires de l’école (directions, enseignants, élèves, familles), de la formation et de l’entreprise, notamment pour une information sur les métiers replacée dans son contexte local.   

Deux beaux exemples, « Des Métiers pour votre Avenir ! » les 22 et 23 février 2019 au Salon Siep de Namur (IBEFE Namur) et le salon "AVENIR METIERS" - 29 et 30 mars, à Amay (IBEFE Huy-Waremme).

INTRODUCTION

Dans le cadre de ses objectifs visant à soutenir l’orientation positive des élèves (notamment en développant l’esprit d’entreprendre et l’information sur les métiers) et la revalorisation de l’élève dans l’enseignement qualifiant, la Fondation pour l’Enseignement collabore avec les instances bassins IBEFE, qui mènent des actions rapprochant les écoles et les entreprises au niveau local. 

L’information sur les métiers (notamment en demande) et les filières STEM, via les outils d’information, de sensibilisation et de formation continue des enseignants et des conseillers à l'orientation, sont au coeur de la réforme en cours, pour une «éducation orientante», devant permettre à chaque jeune de construire son parcours. La Fondation pour l’Enseignement encourage fortement cette dynamique qui permet de mettre en contact direct les acteurs locaux, à partir des thématiques prioritaires et des synergies locales identifiées dans les bassins. 

La Fondation pour l’Enseignement encourage fortement cette dynamique qui permet de mettre en contact direct les acteurs locaux, à partir des thématiques prioritaires et des synergies locales identifiées dans les bassins IBEFE. 

Elle collabore donc naturellement a plusieurs initiatives-pilotes à partir de plusieurs bassins IBEFE, et fait remonter ensuite celles-ci à son Conseil d’Administration, pour mettre en évidence les meilleures pratiques et faire ensuite des recommandations portées par les entreprises et les réseaux d’enseignement réunis en son sein. 

Aussi, dans ce cadre, voici ci-dessous deux initiatives concrètes, à partir des instances Bassins IBEFE de Namur et de Huy-Waremme, auxquelles la Fondation encourage à participer. 

La Fondation pour l’Enseignement s’associera volontiers à l’évaluation de ces actions et prend par ailleurs des initiatives visant à rapprocher écoles et entreprises dans le cadre des différents bassins IBFE. 

BASSIN IBEFE NAMUR : espace « Des Métiers pour votre Avenir ! » au prochain salon Siep de Namur les 22 et 23 février 2019

Dans le cadre des actions menées par le pôle de synergie « Maintenance, Electricité et HVAC », et grâce à la mobilisation de  10 partenaires , l’instance Bassin IBEFE Namur animera le vendredi 22 février et le samedi 23 février 2019 un espace « Des Métiers pour votre Avenir ! » au prochain salon Siep de Namur (Namur Expo).

L’objectif de cette action  est la promotion auprès d’un large public de jeunes, parents et demandeurs d’emploi de métiers proposant de belles opportunités sur le marché de l’emploi d’aujourd’hui et de demain, métiers et filières de formation qui cependant sont peu courus et/ou connus par les publics d’élèves et de stagiaires.

6 découvertes-Métiers seront proposées :

  1. Un espace dédicacé à la « Soudure » : le public pourra tester ses aptitudes au gestes du métier sans aucun risque grâce à un simulateur de soudure. Des experts du métiers témoigneront de leur expérience grâce à des supports vidéos. Partenaire animant l’espaceForem formation de Saint-Servais.
  1. Un espace dédicacé à « l’électromécanique » : le public pourra y faire deux découvertes, l’automatisation et la mécanique. Pour ce faire, en démonstration une mini-station automatisée commandée au moyen d’un joystick d’une part et une séquence de fraisage et numérique illustrée par des réalisations concrètes et des vidéos. Découverte ainsi de nombreux métiers en lien avec l’électromécanique mais aussi le dessin mécanique, la métrologie, machine à commande numérique CNC, etc. Des jeunes étudiants et diplômés témoigneront de leur parcours et de leur passion pour leur métier. Partenaire animant l’espace : Centre de Technologies Nouvelles Namur-Luxembourg (CTNNL).
  1. Un espace dédicacé à « la robotique et l’automatisation » : le public sera mis en interaction directe avec la nouvelle technologie. Un bras robotisé qui ne manquera pas d’humour leur distribuera un bic IBEFE. Sera mis aussi en démonstration sur cet espace une plate-forme avec axes linéaires commandés par un variateur sous contrôle d’un automate (avec dispositif de sécurité – scrutateur laser). Des experts du métiers témoigneront de leur expérience et des compétences en jeux grâce à des supports vidéos. Partenaire animant l’espace : Technocampus.
     
  2. Un espace dédicacé aux « métiers des lignes de production, particulièrement de l’industrie alimentaire » : une chaîne artisanale de fabrication de crêpes sera animée et proposera au public de prendre part à la chaîne de production. Tous les postes de travail seront illustrés : de la recherche-développement du produit à son contrôle-qualité en passant par sa méthode de fabrication. De nombreux métiers dont le conducteur de ligne de productionseront illustrés par cette démonstration en situation réelle mais aussi grâce aux témoignages des experts du secteur et aux supports vidéos montrant les réalités des entreprises et des lignes industrielles. Partenaire animant l’espace : Formalim et Alimento.
  1. Un espace dédicacé à la « maintenance aéronautique » : le public pourra découvrir les composantes d’un moteur d’avion et sa complexité technologique. D’autres pièces aéronautiques seront aussi proposées : une boîte noire, un bord d’aile, petites pièces de l’aéronautiques usinées. Des stagiaires viendront témoigner de leur parcours et de leur passion pour la maintenance. Des supports vidéos viendront appuyer leur témoignages. Partenaire animant l’espace : Wan
  1. Un espace dédicacé à la « maintenance automobile » et à la « robotique et programmation informatique » : le public pourra découvrir une moto de compétition et toute sa complexité technique grâce à un bornier. Il sera invité à faire quelques manipulations pour tester les circuits électriques. Le public fera aussi la connaissance de Nao, le petit robot qui lui fera la conversation avec grand plaisir. Le jeune public sera invité à vivre une petite animation en lien avec la programmation informatique. Partenaire animant l’espace : Technifutur (Autocampus). 

L’équipe de l’IBEFE Namur assurera un accueil sur le stand et fera la promotion de toutes les filières de formation et d’enseignement menant à ces beaux métiers grâce à la diffusion des 5 folders d’information réalisées par ses soins pour l’occasion, avec la collaboration du service Communication du Forem. Le secteur de l’électronique, Volta, sera aussi présent tout le long du salon sur l’espace et témoignera des besoins des employeurs du secteur.

Pour accéder au dossier de presse et aux courriers d’invitation adressés aux élèves : cliquez ici

BASSIN IBEFE HUY-WAREMME : SALON "AVENIR METIERS" - 29 et 30 mars prochains sur le site de la Paix-Dieu à Amay

L’Instance Bassin EFE de Huy-Waremme organise les 29 et 30 mars prochains sur le site de la Paix-Dieu à Amay un salon des métiers techniques intitulé Avenir Métiers.

Les organisateurs sont d’ailleurs à la recherche de professionnels pouvant informer (de façon bénévole), dans le cadre d’un entretien individuel d’une dizaine de minutes, les visiteurs sur les différents métiers retenus. Dans le fichier joint vous verrez la liste des métiers que nous souhaitons mettre en avant dans le cadre de ce salon.

Dans quel but ?  Contribuer à améliorer la vision qu’ont les jeunes des métiers techniques en les informant sur les réalités de ceux-ci et sur le marché du travail par l’échange, la transmission d’informations utiles et les découvertes concrètes.

Pour qui ? Le vendredi : élèves de 3e et 4e secondaire (environ 600 élèves sont attendus). Le samedi : élèves de la fin primaire à jeunes demandeurs d’emploi (visite libre sur base individuelle).

Les entreprises qui collaboreront à cette action contribueront à lutter contre les pénuries de main d’œuvre dans les métiers techniques.

Il est demandé aux personnes souhaitant collaborer à cet événement en tant que professionnel(le) informateur/trice métier de bien vouloir signaler leur disponibilité en complétant ce talon réponse en ligne : https://goo.gl/forms/IW5N7ALgeKClrntn1.

À noter qu’il est possible de participer, en tant qu’intervenant, à une ou plusieurs demi-journées et que le même métier peut être pris en charge par plusieurs personnes durant une même plage horaire.

Pour en savoir plus : http://www.bassinefe-hw.be/index.php/nos-realisations/poles-de-synergie/217-des-professionnels-pour-venir-metiers-2019.

Instance Bassin de l'Enseignement qualifiant, de la Formation et de l'Emploi de Namur

IBEFE Namur

avenue Prince de Liège 137
5100 Jambes (Namur)
T. 081/48.67.48

 

 

"S'entreprendre à l'école" - ­Session académique et ateliers pour les 5 ans de la Fondation pour l'Enseignement

A l’occasion de ses 5 ans d’activités en 2019, le Conseil d’Administration de la Fondation pour l’Enseignement a le plaisir de vous inviter à participer à une réunion informative et conviviale sur le thème de « l’esprit d'entreprendre à l’école », avec ses partenaires des projets Cokleeco et Story-Me.

Avancées et défis pour l’école en Fédération Wallonie-Bruxelles avec la Ministre de l'Education M.-M. Schyns.
Bonnes pratiques et parcours de formation écoles-entreprises en Europe.
Points de vue académiques, d’entrepreneurs et d'acteurs dans les projets.

 

INSCRIPTION À LA SÉANCE ACADÉMIQUE : CLIQUEZ ICI

 

Lieu : Flagey - Studio 1 – Place Sainte-Croix – 1050 Bruxelles - Accès

 

ET AUSSI…

Ateliers Cokleeco – 28.03.2019 – 09.30 à 12.00 (lunch sandwich à 12.00)

La séance académique de la Fondation pour l’Enseignement sera précédée en matinée (dès 9.30) d’ateliers ouverts organisés dans le cadre du projet EU Cokleeco (Erasmus+).

Comment enrichir ensemble les bonnes pratiques de formation écoles-entreprises repérées en Europe?

Comment valoriser au mieux les initiatives locales écoles-entreprises grâce à des échanges européens?

Ces ateliers sont ouverts aux partenaires belges et européens du projet Cokleeco, mais aussi aux professionnels des secteurs, des entreprises, de l'enseignement, aux formateurs et associations.

Nombre de places limité. Les ateliers se dérouleront en anglais.

INSCRIPTION AUX ATELIERS: CLIQUEZ ICI

 

Il faut dépasser les clivages politiques et idéologiques autour de la réforme en cours du réseau officiel organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles

Il est à présent urgent de trouver un accord politique pour scinder le réseau officiel organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles de son Pouvoir régulateur. Il s'agit là avant tout d'une question d¹équité, pour permettre à ce réseau de se développer et de relever les défis du Pacte d'Excellence.

Chaque réseau doit se trouver à égale distance de l'autorité publique. C'est une condition sine qua non à l'application de la nouvelle gouvernance, qui repose sur une autonomie et une responsabilisation de chaque école. Pour un tiers des écoles qui préparent leur plan de pilotage, près de 200.000 personnes (parents, élèves, enseignants) -dont des milliers aussi dans le réseau officiel de la FWB- ont activement participé aux enquêtes visant à établir un diagnostic des forces et faiblesses. 900 directions d'écoles se sont déjà formées. Le réseau officiel de la FWB restera bien sous la responsabilité du politique. Le contrat de gestion permettra d'y veiller, mais tout en créant une structure agile.

Pour lire l'article paru dans la libre Belgique, ce 16 janvier 2019, cliquez ici.

Pour lire la carte blanche parue dans Le Soir le 28 novembre dernier, cliquez ici.

ENTR’APPRENDRE : DE NOMBREUSES OPPORTUNITES DE FORMATION CONTINUEE EN ENTREPRISE POUR NOS PEDAGOGUES

Nombreuses places encore disponibles pour début 2019 ! INSCRIVEZ-VOUS dès MAINTENANT via l’IFC.

Les stages en entreprises (2 jours d’immersion) sont ouverts aux personnels pédagogiques de l’enseignement qualifiant (Technique et Professionnel): enseignants et chefs d’ateliers des cours techniques et de pratiques professionnelles, enseignements ordinaire et spécialisé, mais aussi à tous les enseignants des cours généraux dans l’enseignement qualifiant. Les stages sont aussi ouverts aux formateurs des instituts de formation continuée, aux formateurs des Centres de Technologies Avancées (CTA) et des CEFA.

INSCRIPTION POSSIBLE DANS LE CADRE DES FORMATIONS COLLECTIVES IFC et aussi INDIVIDUELLEMENT
via http://www.ifc.cfwb.be/default.asp?pagetg=menuEA&h=1

DES STAGES disponibles DANS LES SECTEURS : INDUSTRIE, CONSTRUCTION, ECONOMIE, SCIENCES APPLIQUEES; ALIMENTATION pour de nombreux métiers dans votre régions.

Découvrez les ici: https://www.entrapprendre.be/stages

Stages proposés dans les entreprises : SAFRAN, ENGIE FABRICOM, SONACA, AGC, CORETEC MAINTENANCE, LANTMANNEN UNIBAKE, l’OREAL, LABIS INGELEC, TOTAL, D’IETEREN, BILIA-EMOND, UCB, STIB, KLUBER LUBRIFICATION, EUROGENTEC, COLRUYT, CARREFOUR, BESIX, SCHWANNEN
Rappel : ces stages sont un complément très utile pour replacer la formation des élèves davantage en lien avec les réalités du monde du travail : actualiser la connaissance des outils et faire prendre conscience des attitudes et des compétences dans des domaines tels que la sécurité, la communication, contextualiser et illustrer les apprentissages par des exemples concrets et actuels, pour donner davantage de sens aux apprentissages scolaires. Le projet contribue à créer un espace de confiance plus grand pour les stages des élèves.

Les prochaines places de stages encore ouvertes aux dates les plus proches :

  • Technicien de maintenance électromécanique chez Carmeuse Moha (Seilles – Liège/Verviers) : 21 et 22.01.2019
  • Menuisier d’atelier chez Schwannen (Thimister – Liège/Huy/waremme): 18 et 19.02.2019
  • Technicien de maintenance électromécanique chez UCB (Braine l’Alleud – Brabant Wallon): 28 et 29.01.2019 & 11 et 12.02.2019
  • Opérateur de production chimique chez UCB (Braine l’Alleud – Brabant Wallon): 28 et 29.01.2019 & 11 et 12.02.2019
  • Technicien de Laboratoire chez UCB (Braine l’Alleud – Brabant Wallon): 28 et 29.01.2019 & 11 et 12.02.2019
  • Technicien de maintenance électromécanique chez Coretec Maintenance (Angleur – Liège/Huy/Waremme) : 18.02 et 19.02.2019
  • Opérateur de développement de procédé chez Eurogentec (Seraing – Liège/Huy/Waremme) : 18.02 et 19.02.2019
  • Opérateur de production chez Eurogentec (Seraing – Liège/Huy/Waremme) : 18.02 et 19.02.2019
  • Usineur CNC chez Safran Aero Booster (Techspace Aero) (Milmort – Liège/Huy/Waremme) : 18.02 et 19.02.2019

Et beaucoup d’autres encore en 2019 (consulter l’offre sur http://www.ifc.cfwb.be/default.asp?pagetg=menuEA&h=1)

Pour toute demande d’information, vous pouvez contacter directement:

Alison TOURNAY au 081/83.03.40 ou alison.tournay@cfwb.be

Isabelle D’HONDT au 081/83.03.29 ou isabelle.dhondt@cfwb.be

Carte blanche : plaidoyer pour l'autonomie de l'école officielle organisée par la FWB

L'autonomie du réseau organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, voulue par les signataires (associations de parents, syndicats d'enseignants et fédérations de pouvoirs organisateurs) du Pacte d’excellence, est indispensable à la réalisation d’objectifs  ambitieux pour l'école, attendus de tous. L'ensemble des administrateurs de la Fondation pour l'Enseignement, qui représentent tous les employeurs de l'école et de l'entreprise, expliquent en quoi cette réforme est indispensable dans une carte blanche parue dans Le Soir.

Plus de 100.000 personnes (parents, élèves et enseignants) se sont déjà inscrites dans la démarche des plans de pilotage des écoles. Le blocage politique qui entoure certaines réformes voulues par le Pacte d’excellence risque de porter un lourd préjudice à la réalisation d’objectifs ambitieux.

La semaine dernière, un projet de Décret sur la nouvelle organisation du réseau des écoles officielles (organisé par la Communauté française – WBE) a été introduit au parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles. Ce Décret transforme le réseau officiel WBE en un nouvel organisme public indépendant. L’objectif est d’assurer une distinction claire entre d’une part les autorités (pouvoir régulateur) en charge de la régulation de l’ensemble des écoles (organisées ou non par la FWB) et d’autre part les autorités publiques en charge de la gestion des écoles du réseau officiel. C’est déjà le cas des autres réseaux d’enseignement : les écoles des réseaux officiels subventionnés (les Communes et les Provinces) et les réseaux libres (confessionnel et non confessionnel), qui sont gérés par des autorités distinctes du pouvoir régulateur.

Une étape essentielle

Ce changement est une étape essentielle pour deux raisons principales. Premièrement, il est indispensable de rendre les écoles de ce réseau plus autonomes et actrices de leur propre réussite afin d’en améliorer les performances globales, tout en tenant compte des conditions à l’intérieur desquelles chaque école évolue. Tant le diagnostic posé dans le cadre du pacte d’excellence que les attendus du projet de Décret attestent qu’une marge de progression importante existe. Doter les écoles officielles d’une structure autonome, entièrement consacrée à l’amélioration de la qualité et l’équité est une première étape nécessaire pour y parvenir. La séparation entre réseau officiel et pouvoir régulateur a été opérée il y a déjà 30 ans par la Communauté flamande. Le réseau officiel « GO » a pu s’y développer et croître, améliorant considérablement ses performances et augmentant le nombre d’élèves scolarisés en son sein. La première raison de fond qui doit motiver chacun à soutenir la scission entre pouvoirs organisateur et régulateur de l’enseignement officiel organisé par la FWB est donc bien celle de lui permettre de se déployer en lui donnant les mêmes chances de réussite que les autres réseaux d’enseignement. Le contrat de gestion de ce futur pouvoir organisateur devra préciser quels sont les moyens à mobiliser pour réaliser les missions qui lui sont dévolues.

Vers des objectifs communs

Deuxièmement, la réforme de la gouvernance approuvée dans le pacte d’excellence qui s’applique à tous les réseaux est intimement liée à la nouvelle organisation du réseau officiel organisé par la FWB. En effet, les plans de pilotage des écoles, en cours d’élaboration, ont vocation à se transformer en contrats d’objectifs avec l’autorité publique, engageant toutes les parties vers des objectifs communs. Ceci n’est possible que si chaque réseau se trouve à égale distance du pouvoir régulateur. Le/la ministre en charge de l’ensemble du système scolaire ne peut être juge et partie.

Ne pas freiner le contrat de gestion

Aujourd’hui, 29.000 personnes travaillent au sein du pouvoir organisateur placé sous l’autorité de la Ministre de l’Education. Un consensus existe au sein des principaux partis politiques et parties prenantes sur le principe de séparation des responsabilités entre le réseau officiel et la régulation du système scolaire. Il y a évidemment des sensibilités différentes entre les différents partis politiques sur la manière de réaliser cette évolution du réseau officiel organisé par la FWB : les uns sont plus sensibles au statut du personnel et à la crainte d’une privatisation larvée de l’école, les autres insistent plus sur la nécessaire rigueur de gestion et la volonté de créer une structure agile. Si tous ces points sont des préoccupations légitimes, ils ne doivent cependant pas mettre en danger la mise en place rapide d’un nouvel organisme public autonome et de son contrat de gestion. Et c’est ce contrat de gestion qu’il faudra, le moment voulu, baliser et encadrer pour s’assurer que cette réforme atteigne ses objectifs en matière de qualité de notre enseignement et d’efficacité de la nouvelle organisation.

La définition des rôles – et donc la séparation claire entre pouvoir organisateur (le futur réseau officiel) et régulateur (l’autorité publique) – est en outre une condition sine qua non pour la réalisation de l’ensemble de la réforme de l’enseignement, voulue par les acteurs (l’administration centrale, les fédérations de pouvoirs organisateurs, les organisations syndicales et les représentants des associations de parents). Tous se sont fortement investis dans cette réforme de la gouvernance.

Un investissement humain massif

Depuis plusieurs mois, un premier tiers des pouvoirs organisateurs, directions, parents, enseignants et élèves, se sont aussi massivement impliqués pour construire les premiers plans de pilotage qui seront remis en avril 2019 à l’autorité publique dans son rôle de pouvoir régulateur. Depuis septembre 2018, sur base des indicateurs chiffrés et des réponses aux questionnaires qui leur ont été fournis, les acteurs cherchent à identifier dans un processus participatif inédit les forces et les faiblesses de leurs écoles. A ce jour, plus de 100.000 personnes – y compris au sein du réseau WBE – y ont déjà participé. Plus de 900 directions d’école, pouvoirs organisateurs et des dizaines de conseillers au changement se forment par ailleurs à la gestion du changement et aux pratiques collaboratives pour soutenir ce processus. Tous ces acteurs de l’école ne comprendraient pas qu’après autant d’efforts, un blocage puisse intervenir sur la mise en place de cette nouvelle gouvernance, sur laquelle existe pourtant un accord de principe entre les partis politiques, notamment quant à la nécessaire autonomisation du réseau. Qui assumera la responsabilité d’un tel blocage, alors que toutes les parties prenantes (l’enseignement, les familles et les entreprises) s’accordent sur l’urgence d’une refonte en profondeur de notre école, et plaident pour une mise en œuvre la plus concrète et rapide possible des réformes au bénéfice des élèves ?

Des enjeux considérables

Enfin, cette scission effective entre l’enseignement officiel et le pouvoir régulateur, pierre angulaire de la réforme de la gouvernance, est indispensable pour crédibiliser les autres aspects pédagogiques de la réforme. Ceux-ci doivent s’inscrire dans une logique de pilotage permettant de mesurer les bénéfices concrets des changements initiés, tels que le renforcement des savoirs et compétences, une perspective polytechnique et pluridisciplinaire, le renforcement de l’enseignement maternel, la revalorisation des métiers de direction et d’enseignant, la remédiation et le dépassement dans une perspective d’excellence pour chaque élève dès le plus jeune âge, la lutte contre l’échec et le décrochage scolaire, l’orientation positive et la revalorisation de l’enseignement qualifiant, l’amélioration du climat et du bien-être de chaque enfant, etc. Les enjeux sont considérables.

Ne pas casser la dynamique

Alors que le projet de Décret a été déposé au Parlement de la FWB et envoyé au Conseil d’Etat pour avis, la Fondation pour l’Enseignement, qui réunit tous les réseaux scolaires et les représentants de l’entreprise en FWB, appellent le monde politique en FWB à concrétiser cette pièce indispensable du puzzle de la réforme de la gouvernance de l’école. Il serait extrêmement dommageable pour l’ensemble des acteurs déjà mobilisés et pour la population en général de casser la dynamique actuelle au profit d’enjeux beaucoup moins stratégiques.

*Signataires : Didier Leturcq, Service général de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie Bruxelles (EFWB) ; Michel Bettens, Fédération des établissements libres subventionnés (FELSI) ; Fanny Constant, Conseil de l’enseignement des communes et des provinces CECP) ; Roberto Galluccio, Conseil des pouvoirs organisateurs de l’enseignement officiel neutre subventionné (CPEONS) ; Etienne Michel, Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC) ; Philippe Bertin, Ecole de Perfectionnement au Management (EPM) ; Olivier De Wasseige, Union Wallonne des Entreprises (UWE) ; Olivier Willocx, Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles (BECI) ; Thierry Castagne, Brigitte Chanoine, Etienne Denoël, Alain Eraly, Sibylle du Bus de Warnaffe, Vincent Reuter, Olivier Remels (Administrateur délégué), Luc Willame (Président).


Retrouvez la carte blanche sur le site du Soir via ce lien.

Teach for Belgium fête ses 5 ans

« Un jour, tous les élèves auront les mêmes chances de réussite, quelle que soit leur origine socio-économique ». Voici pour l’ambition affichée. Le principe de Teach4Belgium semble par ailleurs bien avoir fait quelques preuves irréfutables. Pour rappel, de jeunes diplômés universitaires (31 masters différents) ou des professionnels (tout domaine d’acitivté) chevronnés choisissent de s’investir et de se former pendant deux ans pour assurer les cours dans des disciplines en pénurie (le plus souvent Mathématiques, Sciences et seconde langue dans l’autre communauté).