Flux RSS

Mémorandum de la Fondation pour l’Enseignement et Déclaration de Politique Communautaire

En mai dernier, la Fondation pour l’Enseignement remettait aux autorités son mémorandum intitulé : « Réussir, en travaillant tous ensemble sur le terrain – Réflexions et propositions pour améliorer l’équité et la qualité de l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles ». Un message apparemment bien passé dans la Déclaration de Politique Générale du nouveau Gouvernement.

Pour la toute première fois, une large coalition[1] rassemblant les cinq organismes de représentation et de coordination des Pouvoirs organisateurs de l’enseignement subventionné, de l’enseignement organisé par la FWB et les Fédérations d’entreprises bruxelloise (BECI) et wallonne (UWE) formulaient d’une seule voix des propositions communes, concrètes et cohérentes, sur les grandes priorités en matière d’enseignement obligatoire en FWB. 

Les priorités ont été largement commentées ces derniers mois : l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles peine à atteindre le niveau escompté de qualité et à répondre aux attentes en matière d’équité, ainsi qu’à répondre aux défis de la croissance démographique (notamment à Bruxelles). Plusieurs indicateurs en attestent : les scores PISA, une désaffection pour les matières scientifiques et certaines filières qualifiantes, le niveau insuffisant d’une partie des élèves à la certification, les taux de redoublement et de décrochage scolaire, etc.

Les propositions reprises dans le mémorandum de la Fondation pour l’Enseignement visent à améliorer cette situation, en renfort des initiatives existantes. Pour cela, les propositions de la Fondation s’appuient sur les forces vives de l’enseignement et de l’entreprise pour travailler tous ensemble à la réalisation d’objectifs communs, en appliquant les bonnes pratiques directement au sein des différents réseaux, dans chaque établissement scolaire. L’école n’est pas un bloc monolithique et nécessite de mettre en œuvre des stratégies différenciées, adaptées aux différentes réalités rencontrées sur le terrain. Le renforcement mutuel entre tous les acteurs – dans les écoles, entre les écoles, entre écoles et entreprises – au travers d’échanges de compétences et d’expériences, est au cœur de ces propositions communes.

Ces bonnes pratiques ont d’ailleurs déjà fait leurs preuves dans de nombreux établissements en Fédération Wallonie-Bruxelles et dans les systèmes d’enseignement à l’étranger qui ont réussi à progresser de manière significative ces dernières années. Les pistes reprises dans ce Mémorandum partent notamment d’une étude détaillée réalisée par le consultant Mc Kinsey, et sont le fruit du travail commun des responsables des réseaux d’enseignement et des fédérations d’entreprises en Fédération Wallonie Bruxelles.

Ces « leviers du changement » ont déjà été largement diffusés ces dernières années auprès de plusieurs milliers d’enseignants, de directions et autres protagonistes du système scolaire en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Aussi, la Fondation encourage à travailler rapidement à leur concrétisation et/ou leur amplification sur le terrain, en prolongement des initiatives positives ayant déjà été prises en ce sens, dès le début de la prochaine législature. 

La Fondation pour l’Enseignement constate de nombreuses convergences avec les orientations avancées dans la Déclaration de Politique Communautaire, telles que présentées en mois de juillet 2014. Aussi, les représentants de la Fondation pour l’Enseignement ont fait connaître leur disponibilité pour expliciter plus avant ces propositions, qui sont une base de réflexion et de travail pour les années à venir, et examiner comment elle peut renforcer l’action commune.

Pour consulter le mémorandum de la FPE, cliquez ici


[1] Cette coalition représente pas moins de 130.000 personnes qui encadrent près de 900.000 élèves et des dizaines de milliers d’entreprises qui occupent plusieurs centaines de milliers de travailleurs.

Teach For Belgium : viser la réussite de chacun, c’est possible

Contribuer à réduire les inégalités scolaires grâce à l’aide de jeunes diplômés formés à cette fin… Une démarche qui cadre avec plusieurs des messages portés par la Fondation pour l’Enseignement. Régulièrement, la Fondation s’intéresse aux projets de terrain qui sont en ligne avec ses propres objectifs.

L’asbl Teach For Belgium vise à réduire les inégalités scolaires en Belgique, de sorte que la réussite d’un élève ne dépende plus de son origine socio-économique. Actuellement, les élèves les plus défavorisés accusent un retard équivalant à trois années d’étude par rapport aux élèves plus nantis. Un gouffre qui limite fortement leurs choix d’avenir par la suite. Il est donc urgent d’y remédier !

Teach For Belgium recrute de jeunes diplômés de master désireux d’enseigner dans les écoles des quartiers défavorisés. L’asbl leur offre ensuite une formation spécialisée (complémentaire avec les formations reconnues, telle l’agrégation) étalée sur leurs deux premières années d’enseignement. Ces enseignants souhaitent ainsi apporter de nouvelles perspectives d’avenir à leurs élèves. 

Pour la première année d’existence de l’asbl, 23 jeunes ont achevé avec succès en août la partie centrale de la formation, composée de deux semaines d’approche théorique et de trois semaines de stage, pendant lesquelles 200 élèves bruxellois du secondaire sont venus suivre des cours de renforcement en mathématiques, sciences et néerlandais, et participer à des activités ludiques. Ils ont maintenant intégré les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sous le regard de tuteurs qui les suivront pendant deux ans. 

« Teach for Belgium » (TFB), une initiative qui est également présente dans de nombreux autres pays, donne corps à toute une série de messages portés par les partenaires réunis au sein de la Fondation pour l’enseignement dans son Mémorandum, publié en mai 2014. Ainsi faut-il viser la réussite de tous les élèves par des stratégies de remédiation idoines (dont bénéficient ici les élèves pendant les formations données cet été), mais pas seulement. En mettant à l’œuvre de jeunes diplômés bien formés, TFB participe à restaurer une bonne image de la profession – injustement souvent déconsidérée dans notre société – en introduisant l’excellence là où les difficultés sont les plus importantes.

Cela nous rappelle que le métier d’enseignant est un métier exigeant, nécessitant de rassembler quantité de qualités, de compétences et une motivation à toute épreuve chez une seule personne… Un fameux défi. D’où la nécessité de niveaux d’exigence et de formations élevés pour accéder à la profession, mais aussi un encadrement et un suivi de qualité, notamment par leurs aînés, de formations continues, et d’échanges réguliers d’expériences, entre enseignants d’abord, entre classes ensuite, et avec tous les acteurs qui gravitent autour de l’école. 

De  son côté, la Fondation pour l’Enseignement proposera d’ailleurs dans les mois à venir à des enseignants/chefs d’ateliers d’écoles techniques et professionnelles des possibilités concrètes d’interaction avec le monde socio-économique (entre autres via des stages en entreprises), pour décloisonner écoles et entreprises, et favoriser un développement personnel et un apprentissage continu, en phase avec les réalités socio-économiques. 

La Journée Découverte Entreprises à l’école

La Journée Découverte Entreprises innove aux côtés des écoles, en proposant aux enseignants de l’enseignement obligatoire de découvrir les entreprises qui ouvriront leurs portes à Bruxelles et en Wallonie lors de cette édition 2014.

Ce projet est soutenu et encouragé Fondation pour l’Enseignement. En effet, il cadre avec son objectif de rapprocher l’école et l’entreprise sur tous les sujets où l’un et l’autre peuvent se renforcer. De son côté, la Journée Découverte Entreprises (JDE), par le biais de l’action « Trouver un emploi à la JDE », permet déjà aux candidats à un emploi de rencontrer de façon conviviale les directeurs d’entreprises et de répondre aux offres, mais aussi, aux plus jeunes, de découvrir, les métiers en famille, et par conséquent, de susciter des vocations.

Rien de surprenant donc de voir la Fondation pour l’Enseignement et la Journée Découverte Entreprises joindre leurs forces pour encourager les enseignants des écoles de la Fédération Wallonie Bruxelles à profiter de l‘événement et découvrir les entreprises qui ouvrent leurs portes lors de la 21ème édition de la JDE.   

Concrètement, dès ce mois de septembre, écoles et aux enseignants en particulier pourront découvrir les possibilités concrètes de visite offertes par les entreprises participant à JDE en surfant sur www.jde.be.

Un projet pilote qui, espérons-le, se développera lors des éditions suivantes dans le cadre de la sensibilisation aux métiers. La connaissance de l’entreprise, de son contexte socio-économique, ainsi qu’une information positive sur les métiers, sont en effet des leviers majeurs pour donner aux jeunes l’envie d’entreprendre et de pratiquer des métiers souvent méconnus, voire dévalorisés.

C’est une étape essentielle pour casser les logiques de relégation dans lesquelles beaucoup de jeunes tombent malheureusement, d’échecs en désillusions successives, quittant souvent l’enseignement général vers l’école technique, par dépis plutôt que par choix positifs. En paralèlle, le monde de l’entreprise peine à susciter suffisamment de vocations dans quantité de métiers méconnus, mais qui offrent pourant de belles possiblités de développement personnel et de carrière.

Aussi, l’information et la sensibilisation des enseignants est une étape essentielle, dès le Fondamental, en vue d’une information positive vers les élèves, qui permettra ensuite une orientation constructive, et donc une intégration harmonieuse à la vie socio-économique. 

Liens

Cette rubrique -en construction- vous permettra d’accéder facilement à des initiatives d’organisations qui ont été repérées par la Fondation pour l’Enseignement.

 

Ces organisations ont été contactées par la FPE qui leur a proposé d’intégrer cette base de données.

 

En construction 

La Fondation pour l’Enseignement a soufflé sa première bougie: MERCI à tous pour votre soutien ... Et place à l'action !

Après 1 an d’activité, la Fondation salue et remercie les entreprises qui lui font confiance en leur accordant leur support, financier et moral, mais aussi en s’inscrivant dans une vraie logique de partenariat autour de projets innovants.

Fondée en 2013, et reconnue d’utilité publique en août 2013, la Fondation pour l’Enseignement, qui rassemble pour la première fois l’ensemble des fédérations de pouvoirs organisateurs de l’enseignement obligatoire et des entreprises bruxelloises et wallonnes, aux côtés de l'Ecole de Perfectionnement au Management (EPM) et d'administrateur indépendants, a soufflé sa première bougie au mois de juin. Ses forces vives sont à l’œuvre. Son Conseil d’Administration a débuté ses travaux et est entré dans le vif du sujet. Outre l’engagement de son Secrétaire général Olivier Remels, à bord depuis le 15 janvier 2014, la Fondation a aussi pu s’adjoindre le support et la participation d’un groupe d’entreprises motivées et prêtes à s’inscrire avec elle dans des projets concrets. Ainsi, plus de 16 entreprises et fondations forment actuellement le Comité stratégique de la Fondation, suite à un engagement pris pour 3 ans. Ce 03 septembre, le plan d’actions pour 3 ans de la Fondation sera d’ailleurs discuté. Objectif : mettre tous les partenaires au même diapason et créer l’élan nécessaire à la réalisation des projets dans les mois à venir… Découvrez ici les actions de la Fondation pour l'Enseignement.

Teach for Belgium

Contribuer à réduire les inégalités scolaires grâce à l’aide de jeunes diplômés formés à cette fin… Une démarche qui cadre avec plusieurs des messages portés par la Fondation pour l’Enseignement. Régulièrement, la Fondation s’intéresse aux projets de terrain qui sont en ligne avec ses propres objectifs. 

La Fondation rencontre les acteurs du changement

Depuis janvier 2014, la Fondation pour l’Enseignement a cartographié les initiatives de progrès et multiplié les rencontres avec les acteurs du changement. Objectif ? Renforcer les actions de ceux qui se battent au quotidien pour améliorer équité et qualité de notre enseignement obligatoire, entre autres en rapprochant l’école et l’entreprise.

Depuis six mois, La Fondation pour l’Enseignement (FPE)- a rencontré un grand  nombre d’acteurs du changement (autorités, asbl, réseaux d’écoles, fédérations sectorielles et entreprises, médias, …) actifs sur les sujets connexes aux thèmes portés par la FPE. Objectif : faire connaissance, pour être en mesure de renforcer, là où cela est possible, les initiatives de progrès entre autres grâce au réseau unique mis sur pied par la FPE. L’un des objectif-clé de la FPE est en effet de faire circuler davantage l’information concernant les initiatives positives qui sont prises sur le terrain. Elle le fera dans les mois à venir, entre autres au travers de son bulletin d’informations, qui circulera entre les écoles et les entreprises, mais aussi en organisant des réunions permettant aux acteurs du changement de se rencontrer.

Suite à ces rencontres, outre un focus proposé dans son bulletin d’informations, les initiatives de progrès identifiées auront la possibilité d’être présentées brièvement sur le site de la Fondation pour l’Enseignement dans sa rubrique « liens ». 

Soutenir la Fondation

Comment ?

Vous avez identifié l’amélioration de la qualité et de l’équité de l’enseignement Primaire et/ou Secondaire comme une cause importante, méritant votre soutien ?

Particuliers, entreprises ou fondations, vous pouvez soutenir les efforts de la Fondation pour l’Enseignement, soit pour ses activités en général ou sur des projets en particulier.

Nous avons besoin de vous pour développer et amplifier nos projets

« Y’a du boulot »

Sandrine Corman se rend chez un jeune, en quête d’orientation future, qui ne s’attend pas à recevoir pareille visite. Elle propose à son jeune interlocuteur de l’emmener vivre une journée pas comme les autres et le conduit alors chez un professionnel qui excelle dans un domaine d’activité passionnant où pourtant les nouvelles vocations sont rares.