Les constats et les défis d’avenir incitent à placer les STEM au cœur du tronc commun polytechnique…

Les Sciences, Technologies, Engineering & Mathematics (STEM) sont indispensables pour préparer les élèves à être des acteurs socio-économiques à part entière et doivent donc occuper une place importante dans le futur tronc commun.  

Les métiers intègrent toujours plus une forte dimension technologique et numérique. Le nombre d’emplois infra-qualifiés[1] baisse, renforçant la nécessité d’ancrer chez tous les savoirs de base, dont les STEM. Les scores lors de la dernière étude PISA[2]  -e.a. en Sciences- sont faibles et peu d’élèves optent pour une option scientifique. Paradoxalement, ils expriment un intérêt envers les Sciences. En Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), on utilise aussi trop peu les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). On y utilise aussi moins les outils numériques pour le travail scolaire, malgré des indices d’efficacité et d’autonomie perçus comme élevés. Le Pacte d’Excellence prévoit «un tronc commun polytechnique & pluridisciplinaire », dont les contenus seront précisés ces prochains mois. Une attention soutenue doit y être donnée aux STEM.

[1] Etude Cedefop : 2015-2025 : malgré +400K emplois, – 215K emplois peu qualifiés (de 18 à 12%).

[2] Lafontaine, D., Crépin, F., & Quittre, V. (2017). Les compétences des jeunes de 15 ans en sciences, en mathématiques et en lecture. Résultats de l’enquête PISA 2015 (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves de l’OCDE) en Fédération Wallonie-Bruxelles. Les cahiers des sciences de l’éducation, 37. Liège : aSPe- ULiège.